Malgré les 20 morts de 2018 et les PA sur l’axe : « Il faut qu’on se mobilise pour empêcher Alpha de continuer sa sale besogne », fulmine Cellou Dalein

Banniere CBG

Le parti Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), a tenu son assemblée générale, ce samedi 12 janvier, à son siège, à la Minière, devant des militants fortement mobilisés.

Le leader dudit parti, Elhadj Cellou Dalein Diallo a appelé ses militants à la mobilisation pour, dit-il, sauver les acquis démocratiques qui, selon lui, sont menacés par le président Alpha Condé.

« Il faut que vous vous mobilisiez, les acquis démocratiques sont menacés. Monsieur Alpha Condé a décidé de ne pas respecter la loi fondamentale, il a décidé de la violer. Pour s’octroyer un troisième mandat, et à défaut de prolonger le deuxième qui est le dernier mandat, il a violé les accords politiques. Il y a eu la fraude lors de ces élections locales, dans le transport des résultats et dans la centralisation, dans la mise en place des exécutifs. Il a continué à accorder l’impunité à ceux qui tuent, à encourager les gens à tuer. Avec 2018, on a perdu plus de 20 citoyens arrachés à l’affection de leurs familles, qui ont été tués à bout portant pendant les manifestations. » A-t-il dénoncé.

Le chef de file de l’opposition guinéenne assure que les militants de l’UFDG doivent se remobiliser pour continuer les manifestations. « On ne peut accepter… Nous ne pouvons plus tolérer cela. Il faut qu’on se mobilise avec des stratégies pour exercer notre droit et empêcher Alpha Condé de continuer sa sale besogne contre la démocratie, l’État de droit et les droits humains. Tous les jours, il est en train de violer la loi, les droits des citoyens. On ne doit pas baisser les bras. C’est vrai qu’ils ont militarisé, ils ont importé des équipements, des gaz toxiques, mais le combat que nous menons est si noble. On ne peut pas reculer, on ne peut pas laisser faire. » A renchéri le vice-président de l’International libéral.

Selon l’ancien premier ministre de Conté, la rue est le seul recours. « Il faut qu’on se remobilise, parce que sinon, le combat que nous avons mené, les sacrifices que nous avons consentis risquent d’être vains. Donc, je vous exhorte à sensibiliser, à mobiliser pour qu’on reprenne les manifestions. C’est un droit constitutionnel. Avec la justice vous le savez, nous n’avons pas de recours, la rue c’est notre recours. » A réitéré Cellou Dalein Diallo.

 

Amadou Tidiane Diallo

Réagir