Guinée/Aboubacar soumah au ministre de l’éducation : << c'est honteux pour un ministre de la République de ne pas dire la vérité>>

Banniere CBG
C’est cette nouvelle colère qu’impose le secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) a ses camarade enseignants.
Après la signature du protocole d’accord qui a mis fin à la crise dans le système de l’éducation Guinéene, Les Autorités exigent L’organisation Immédiate Des Compositions du premier trimestre, explique aboubacar soumah.

Le principal meneur du SLECG demande à l’ensemble des enseignants de ne pas procéder à l’organisation de ces examens trimestriels.

<<Ne l’acceptez pas, dites à vos directeurs que les enfants n’ont pas étudié et que vous ne pouvez pas les évaluer sur la base d’une seule leçon. Dans certaines écoles, il n’y a que les programmes des  cours qui ont été donnés. Donc, on ne peut pas évaluer les enfants avec ça>>, à t-il indiqué à ses camarades.

Le ministre l’Education et de l’alphabétisation, dans une sortie médiatique, a affirmé que les cours se déroulaient normalement dans les écoles pendant la grève des enseignants. Chose q’uAboubacar soumah à démenti fustigeant cette sortie.

’C’est honteux pour un ministre de la République de ne pas dire la vérité. Ce qu’il a dit n’est pas vrai’’, a affirmé l’image des enseignants qui une fois pointe un doigt accusateur sur Mory Sangaré d’être de ceux qui ‘’trompent le chef de l’Etat en lui donnant de fausses informations’’.

 

Abd Akila pour océanguinée.com
Réagir