Guinée/Affaire 3ème mandat : Aziz Diop apporte son soutien à Alpha Condé !

Banniere CBG

Le préfet de Kankan, Aziz Diop, lance le ton sur la question sensible à laquelle le chef de l’Etat n’a pas encore expressément exprimé sa position.

Dans une interview exclusive qu’il  a accordée à nos confrères d’Espace Fm, Aziz Diop se montre favorable, voir partisan d’un troisième mandat pour Alpha Condé afin dit-il, d’assurer le progrès dans la continuité, alors que l’article 27 de la constitution guinéenne prévoit deux mandats.

«Franchement, ce n’est pas un sujet tabou ça. Moi Aziz Diop, citoyen, vu ce que le professeur a fait pour ce pays-là, vu les chantiers qu’il a démarrés, il serait hasardeux, de laisser ce pays-là dans les mains des aventuriers… S’il rend le tablier en 2020, nous serons des orphelins, des sacrifiés. Aujourd’hui, je ne vois pas une personnalité qui peut assumer cette responsabilité-là, mieux que le professeur Alpha Condé. Donc, vivement qu’il soit là pour parachever ses œuvres. C’est pourquoi, on a dit 2020, le progrès dans la continuité. Donc, moi je demande à ce que le troisième penalty soit tiré en faveur de la Guinée», a-t-il dit au micro du correspondant d’Espace Fm à Kankan.

Tirant à boulets rouges sur les opposants, l’actuel préfet de Kankan ne va pas du dos de la cuillère : «Il n’y a pas d’opposants. Quand vous prenez l’arène politique aujourd’hui, vous prenez les personnalités politiques. Qui n’a pas géré ? Qui n’a pas détourné ? Même implicitement ou explicitement. Qui n’a pas abusé de ce peuple-là ? Alpha Condé s’est battu pour un projet de société… Il n’a pas voulu être ministre. Il n’a jamais voulu se compromettre. C’est une chance pour la Guinée. Mais face au groupe d’anciens premiers ministres, qui ont pillé ce pays, on va aller où ? Ce n’est même pas une opposition en réalité. Beaucoup créent des partis politiques pour se mettre à l’abri des poursuites…».

Pour renchérir dira-t-il, l’initiative citoyenne peut modifier la constitution, car c’est le peuple qui est souverain.

 

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir