Guinée: Manque de glace provoque à la pourriture des poissons

Banniere CBG

Les vendeuses de glaces et poissons qui peinent de nos jours à joindre les deux bouts. Faute de glaces les poisons pourrissent dans les mains de vendeuses qui n’ont que leur yeux pour pleurer. Un fait qui a attiré l’attention de notre reporter ce mardi 11 février 2019 qui est à la rencontre de ses dames. 

Depuis quelques temps le délestage du courant électrique devient récurent dans beaucoup de quartier de la capitale. Une réalité qui freine certaines activités économiques, notamment la vente de glaces et du poissons. <<<Nous souffrons beaucoup aujourd’hui. S’il n’y a de courant le peu de glaces nous sert à rien. Si nos clients viennent deux jours sans avoir de glaces nous perdons la clientèle. Franchement nous pour une bonne vie, il faut de l’eau et de l’électricité>>témoigne Kadiatou Barry
Cette autre citoyen sous couvert de l’anonymat, la vendeuse de poissons au marché de Dar Es Salam est obligée de se rendre chaque jour à Bonfi à la recherche de la glace. Depuis une semaine son quartier vie dans le noir. ‹‹‹nous avons fait une semaine sans courant. Pour avoir de glaces nous nous rendons à Bondi port pour négocier avec les chinois. Les glaces des femmes qui ont des congélateurs sont introuvables par manque de courant››››.
Kadiatou Barry qui ne compte que sur cette activité de vente pour subvenir à ses besoins lance un appel à l’endroit des autorités. ‹‹‹Nous demandons au Pr Alpha Condé de nous aider à avoir de l’eau et de l’électricité. Si nous avons les deux là, nous pouvons faire nos activités pour subvenir au besoin de nos familles. Une ville c’est l’eau et de l’électricité. S’il ne nous aides pas a avoir ça nous continueront de vivre dans la souffrance. Nos enfants ont fini les études, ils ne travaillent pas. Et nos maris ne peuvent pas satisfaire nos besoins ››› a-t-elle soulignè
Il faut signaler que ce délestage du courant électrique affecte de nombreux quartier de la capitale. D’habitude il crée de remous dans certaines zone de la haute banlieue de Conakry.
                  Amadou Diallo
Réagir