Guinée: Solidarité de L’UFDG: un chèque de 400 millions remis aux victimes de déguerpissement

Banniere CBG
L’Union des Forces Démocratique de Guinée (UFDG) a procédé ce jeudi 4 avril à la remise d’un chèque de 400 millions de francs guinéens aux victimes de déguerpissement de Kaporo-rails. Selon le président du dit parti c’est pour marquer la solidarité des guinéens.

 

<<Je voudrais avant de procéder à la remise de la première tranche de contribution reçu par la direction nationale de L’UFDG à l’association de victimes et au maire de la commune de Ratoma, je voudrais réitérer la condamnation de l’UFDG de méthodes et des conditions dans lesquelles des pauvres citoyens ont été déguerpis.
 Comme je les dis tant tôt, si la cause d’utilité publique est avérée personne ne s’opposera. Mais personne aussi n’aurait cautionner l’utilisation de la force brutale sans aucune mesure d’accompagnement, ou la négociation, ni sensibilisation pour mettre plus de milles familles sans abris. C’est inacceptable dans État moderne. Dans un État ou la solidarité est inscrite dans l’emblème du pays.
Après réévaluation du schéma directeur, il parait que la cause d’utilité publique est pertinent, mais rien ne peut coûter à l’État  de recaser d’abord les inférés. D’évaluer les préjudices auxquels ils sont exposés et de faire un geste vis à vis si ce n’était que l’État est animé par une volonté de règlement politique. Parce que sinon on ne peut pas comprendre comme je les dis. Il y a une calamité créée par l’État contre des citoyens vivant paisiblement dans leur propre pays. Faire d’eux sans abris.
Quelques soient la légitimité pour l’État de récupérer de domaines, mais aujourd’hui ont sait déjà que le clan se discute le partage de domaines libérés. Chacun vient avec des papiers et dire donnez moi un bail, avec de la corruption. On déguerpi des pauvres citoyens qui ont fait l’effort d’épargner pour donner des abris à leurs enfants, qui ont parfois renoncé à de repas pour avoir le moyens de construire une petite maison. On vient avec arrogance pour détruire ça sans jamais rien donné aux citoyens qui ont mis toute une vie d’épargne et d’efforts dans ce petit bâtiment. C’est du même lorsqu’il y a une guerre d’occupation on assiste pas à des peines auxquelles on n’a assisté.
 Donc nous réaffirmons notre solidarité avec les victimes et la condamnation ferme de l’État qui a manqué à son devoir de protection des citoyens. De solidarité à l’endroit des pauvres citoyens. Nous sommes gouvernés par des gens, je ne sais pas Qui-est-ce qu’on a fait à Dieu pour que des gens dépourvu de tout sentiment humain. C’est pourquoi nous nous sommes mobiliser pour mener le combat pour que sa cesse.
Nos fédérations à l’extérieur ont beaucoup contribué. Les fédérations à l’intérieur également, beaucoup de citoyens. 
Nous allons remettre un chèque de 400 millions qui est là au président de l’association de victimes de déguerpissement qui est le résultat de notre contribution. Ça continue de venir. On leur a dit. On fera au fur et à mesure. Mais compte tenu de l’urgence humanitaire dans laquelle se trouve actuellement les victimes nous allons procédé à la remise de ce chèque pour marquer la solidarité des guinéens. Ce n’est pas l’UFDG. 
l’UFDG a eu l’initiative de lancée l’appelle de collecter. On n’a eu plus que ça. On n’était à environ 568 millions. Mais en attendant, vue l’urgence, il fallait transféré (la fille blessée par le gaz lacrymogène) son père, et son médecin>>
                     Tidiane Diallo
Réagir