Guinée : Moussa Iboun Conté reprend le contrôle du siège  de l’AGEPI !

Banniere CBG

Guinée : Moussa Iboun Conté reprend le contrôle du siège  de l’AGEPI !

Le président contesté de l’AGEPI (Association Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante) a retrouvé ses bureaux cadenassés par le camp d’Alpha Abdoulaye Diallo.

La réouverture des locaux sis à l’immeuble Baldé Zaïre, dans la commune de Kaloum est intervenue ce jeudi, 4 avril 2019 suite à une ordonnance  prise madame la présidente du Tribunal du ressort duquel relève le dossier.

Désormais, Moussa Iboun Conté est le maître du siège de l’AGEPI dont il détient les clés avec le montage  de nouvelles serrures.

A en croire Alfousseny Magassouba, conseiller personnel de Moussa Iboun Conté,  cette décision est rélative à l’application de l’ordonnance du Tribunal de Première Instance de Kaloum demandant l’ouverture forcée des locaux :  »On a pratiqué l’ouverture forcée des lieux en présence de l’huissier, maître Donzo, qui a constaté l’enlèvement de leurs différentes serrures et la mise en place de nos serrures, l’enlèvement de leurs cadenas et la mise en place de nos deux cadenas.’

« L’opération s’est passée sans bruit, ni tam-tam, conformément à l’ordonnance prescrite par madame la présidente du tribunal de première instance de Kaloum. Nous sommes très satisfaits aujourd’hui », a-t-il précisé.

Moussa Iboun Conté a repris dit-il, « son poste de président parce que, jusqu’à preuve du contraire, son mandat ne prend fin que le 15 septembre 2020. Contrairement à ce que les autres (le groupe dirigé par Alpha Abdoulaye Diallo, ndlr) ont fait croire aux gens, que c’est un mandat de trois ans, c’est un mandat de cinq ans non renouvelable. On ne peut que se féliciter du fait qu’il a repris son poste conformément à la loi, il faut donner force à la loi ».

« Nous, on ne s’est pas comportés comme les loubards qui étaient venus défoncer, changer les serrures, détruire un bien privé. C’est une destruction de biens privés, normalement le propriétaire et nous on peut les poursuivre pour destruction de biens privés parce qu’ils n’avaient aucun titre. L’huissier qui les a accompagnés, son cas est plus grave que le cas de ces loubards-là. Parce que, l’huissier n’a aucun pouvoir pour lui permettre d’assister les citoyens à détruire le bureau d’un autre citoyen», a expliqué le conseiller de Moussa Iboun Conté.

Sur ce, il a mis en garde les détracteurs : « quiconque montera ici pour faire quoi que ce soit, il sera poursuivi pour rébellion ».

Thierno Amadou Oury BALDE

 

 

Réagir