Guinée/Modification de la constitution guinéene/ << nous lui disons que c'est un feu avec lequel il ne faut jouer >> Faya Millimono

Banniere CBG
Le président du parti Bloc-libéral ne déguste point la nouvelle constitution du régime Condé. Pour Faya Milimono, une synergie d’actions entre des entités politiques et sociales pour <<dire non à un troisième mandat est une bonne chose >>. Le président du BL quatrième force politique rappelle qu’au temps du régime Contè, plusieurs mouvements ont été créés pour le pousser à se maintenir au pouvoir tout en modifiant la constitution en 2001.

<< Cela a conduit la Guinée à vivre les années 2000 comme les plus  violentes de l’histoire politique : en 2006, en janvier-février 2007 jusqu’en 2010 et au-delà. Tout ce que nous avons connu comme violation des droits et des libertés sous Alpha Condé, la modification constitutionnelle en 2000 en est l’origine profonde >>, indique-t-il dans un entretien accordé à un de nos reporters.

 << le nombre de mandats était verrouillé depuis la première Loi fondamentale votée par référendum en 1990. Il était prévu que le nombre de mandats soit limité à deux et également la limite d’âge au-delà duquel on ne pouvait pas se présenter aux élections présidentielles >>, à rappeler le président du Bl au cours d’un appel téléphonique.

Pour ça part de vérité, Faya Millimono déclare que << La modification constitutionnelle de 2001, c’était non seulement pour faire sauter le verrou de la durée 5 à 7 ans et la limitation à deux le mandat, mais également de l’âge limite  pour être candidat >>, à dit l’opposant avant de précisé que << Lansana Conté aurait passé ses vieux jours à l’ombre parce qu’il a fait beaucoup pour le pays >>.
Pour Lansana Faya Millimono, << ceux qui ont poussé le président a se maintenir au pouvoir dit -il ne se battaient pas pour qu’il reste au pouvoir. Ils se battaient pour se servir de la Guinée. Et c’est exactement  la même chose qui est en train de se prêter aujourd’hui sous Alpha Condé >>.
Pour la modification de la constitution guinéene, Fqya Millimono reste ferme et donne des conseils au pensionnaire de Sékhoutoureyah : << Nous lui disons que c’est un feu avec lequel il ne faut pas jouer >>.
Abd Akila pour océanguinee.com
Réagir