Convocation du corps électoral en Guinée : l’UFDG dénonce une « fuite en avant »

Banniere CBG

Le principal parti de l’opposition guinéenne relève des zones d’ombre sur le décret du chef de l’Etat convaincant le corps électoral le 16 février pour la tenue des élections législatives.

L’UFDG à travers son responsable de la cellule de communication soutient que corps électoral est inexistant dans la réalité. Pour Ousmane Gaoual Diallo, le président Alpha Condé a fait une fuite en avant pour convoquer le corps électoral : « je constate dorénavant qu’il n’y a pas encore de corps électoral dans notre pays puisqu’il n’y a pas encore de fichier électoral. Donc, c’est une fuite en avant qui risque d’être une surprise pour les guinéens. Lorsque le Chef de l’Etat prend le risque de convoquer un corps électoral qui n’existe pas, je pense qu’il va falloir qu’il mette les moyens pour que ce corps électoral arrive. Mais le moment venu on avisera sur notre position par rapport à cette fuite en avant ».

« Nous soulignons aussi à ce stade la contradiction entre la circulaire qui invitait à  la réouverture du comité de suivi pour statuer sur le chronogramme et le décret convoquant le corps électoral.  Ceci montre clairement que ce chronogramme n’a fait l’objet d’aucune discussion à aucun niveau avec les acteurs politiques. Nous notons également que rien n’a été dit sur la finalisation du processus électoral encours.  Notamment sur les conseils de quartiers et de district et des conseils régionaux », a renchéri Ousmane Gaoual Diallo.

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir