Nomination d’Alberd Damantang et Rémy Lamah : qu’est-ce qui fruste Kassory Fofana à la primature ?

Banniere CBG

Quel est l’oiseau qui pleure a Sékhouyoureya sur la nomination des ministres Alberd Damantang et Rémy lamah ? Lundi 11 novembre 2019, le pensionnaire du palais Sékhoutoureya a procédé à un mini-remaniement du gouvernement dirigé par Kassory Fofana, premier ministre chef du gouvernement.

La nomination d’Alberd Damantang devient très sérieuse dans la cité et sculpte même des curiosités chez bon nombres de citoyens qui ont suivis le décret avec toute patience sur la télévision nationale. Après la lecture du contenu du décret qui a vu Damantang a la tête du ministère de la sécurité, chacun déjà y allait de son commentaire. Dans la même logique, certains citoyens, facebook, twitter, instagram et dans les cafés étaient dans l’indigeste sur la nomination d’Alberd Damantang qui selon eux, est un ‹‹ mourant qui prend la place d’un malade ››. Mais pour d’autres, c’est un décret bien choisi par le ‘champion’ président Alpha Condé.

Dans l’œil plat sur ce décret, il ne donne aucun ‹‹ poids ›› au locataire du palais de la colombe qui d’un côté, représente tout le gouvernement après le chef d’État guinéen cela veut dire ‹‹ chef du gouvernement ››.

Pour lui donner la valeur d’un chef du gouvernement et lui mettre à sa place de premier ministre, le président Alpha Condé aurait pu mettre la mention ‹‹ sur proposition du premier ministre ››

Avec ce décret qui a été lu de vive attention des téléspectateurs, on apprend d’une source, que ‹‹ rien ne prouve que les deux ministres entrants ‹‹ Damantang Albert et le colonel Rémy Lamah ont été choisis par le premier ministre Kassory Fofana ›› qui en tant que chef du gouvernement, doit composer son équipe et soumettre les noms au chef de l’État pour approbation et signature ››.

La frustration plombe de partout, la nomination d’Alberd Damantang devient un chamboulement pour certains citoyens qui ne se réservent pas de faire des commentaires a leur manière. Du côté des enseignants, l’inquiétude reste visible vue qu’il était un grand obstacle pourboire de leur grève qui à perdurer dans le système éducatif guinéen. 

Akila Soumah pour océanguinee.com 

Réagir