Au Soudan, l’ex-président Omar el-Béchir condamné à deux ans de « résidence surveillée » pour corruption

Banniere CBG

L’ancien président du Soudan Omar el-Béchir a été condamné samedi par un tribunal de Khartoum à deux ans en « résidence surveillée » pour corruption, quelques mois après avoir avoir été destitué par l’armée sous pression de la rue.

Déchu par l’armée après un large mouvement de contestation, l’ancien président soudanais Omar el-Béchir a été condamné, samedi 14 décembre, par un tribunal de Khartoum, à deux ans en « résidence surveillée » pour corruption.

Âgé de 75 ans, destitué le 11 avril après 30 ans passés au pouvoir, il était jugé par un « tribunal spécial » depuis le mois d’août pour des fonds perçus de l’Arabie saoudite.

La justice internationale s’intéresse également à l’ancien président soudanais. La procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, avait plaidé en juin dernier, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, pour une traduction d’Omar el-Béchir devant la CPI. L’ancien dirigeant est visé depuis longtemps par un mandat d’arrêt pour génocide au Darfour.

Source: france24

Réagir