Urgent/processus électoral en Guinée: L’OIF étale ses raisons et se retire du processus

Banniere CBG

Très certainement un coup dure pour la CENI guinéenne et les autorités Guinéennes. A près l’appel lancé par les coordinations de la Basse Guinée, de la Moyenne Guinéenne de la Guinée forestière de refuser la tenue des élections du 1er Mas prochain, le taux se resserre davantage autour du système de la gouvernance de monsieur Alpha Condé. L’OIF, l’une des premières institutions internationales à soutenir le processus électoral en Guinée au compte des législatives, vient de jeter ses raisons en annonçant son retrait du processus  en cours.

Le secrétaire générale de cette institution, en la personne de Madame Louise Mushikiwabo, a implorée les autorités d’agir rapidement pour éviter un chaos qui ne favoriserait que des pertes en vie humaine et d’autres dégâts qui ne seront pas de moindres.

Ci-dessous le discours de l’institution

« Du 10 novembre 2019 au 7 février 2020, sur demande de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Louise Mushikiwabo a déployé, à Conakry, une mission d’assistance de l’OIF sur l’étape de révision exceptionnelle des listes électorales.

Cet appui de l’OIF, dirigé par son envoyé spécial, M. Thieman Coulibaly, ancien ministre malien des Affaires étrangères, de la Défense, et de l’Intérieur, a porté exclusivement sur les aspects opérationnels et informatiques, sous forme de conseils, de formation et d’appui à la réalisation des activités visant la bonne tenue des élections. Le mandat de la mission technique de l’OIF ne consistait nullement en une quelconque validation ou invalidation du fichier électoral guinéen.

Cette mission avait également pour objectif d’évaluer la mise en œuvre des recommandations de l’audit international du fichier électoral réalisé conjointement en 2018 par l’OIF, les Nations unies et l’Union européenne, à la demande des partenaires guinéens. 

Il est important de rappeler que cet audit international de 2018 avait révélé que le fichier électoral de 2015 comportait 2.490.664 électeurs problématiques, qui, bien que n’étant pas repassés en 2019 devant les Commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales (CAERLE) pour confirmer leur inscription, continuent malgré tout de figurer dans la base de données actuelle. Les insuffisances constatées sur ces effectifs incluent notamment un certain nombre de cas d’électeurs décédés, non déclarés ainsi que des doublons. Au total, il s’avère que 98% de ces 2.490.664 électeurs ne disposent pas de documents permettant leur identification, bien que la loi prévoie 6 types de pièces pour justifier l’identité et l’âge de l’électeur.

Sur le constat de ces insuffisances qui persistent, et qui ont été particulièrement signalées à la Commission électorale lors de la récente remise du  rapport de mission, il sera difficile pour l’OIF de continuer à soutenir le processus électoral en Guinée, tant qu’un consensus sur le nombre d’électeurs ne sera pas négocié par toutes les parties prenantes nationales.

La Secrétaire générale de la Francophonie tient à rassurer les partenaires guinéens quant à la disponibilité de l’OIF à soutenir toute initiative qui permettrait, par la voie du consensus, de favoriser le renforcement de la démocratie et la consolidation de la paix et de la cohésion sociale en Guinée. Par ailleurs, elle condamne fermement tous les actes ayant déjà causé des morts et implore les autorités guinéennes, comme elle a eu à le faire à plusieurs reprises,  d’agir rapidement pour éviter toute perte additionnelle de vies humaines et enrayer tout risque d’escalade vers la violence. »

A rappeler que le président de la république ainsi que la plupart des membres du gouvernement se trouvent à l’intérieur du pays pour compte le compte de la campagne de ces élections décriées par la majorité des Guinéens et des partenaires institutionnels du pays.

Alas Toure pour oceanguinee.com

Réagir