Télévision d’Etat Russe : « Bill Gates est à l’origine de la pandémie de coronavirus »

Banniere CBG

La théorie du complot selon laquelle Bill Gates serait responsable de la pandémie de coronavirus a été mise en avant à la télévision d’État russe, l’Union européenne avertissant que certains médias d’État en Russie tentent de créer la confusion avec des théories bidons sur le virus.

L’émission Man and Law, diffusée aux heures de grande écoute sur la chaîne 1 du pays, a présenté un segment de 15 minutes dans lequel Gates était décrit comme un sponsor milliardaire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui cherchait à « réduire la population de la planète ». Quelque 51% des actions de Channel 1 sont détenues par des représentants de l’État russe.

Radio Free Europe a rapporté que le segment, diffusé le 24 avril, s’est appuyé sur un certain nombre de sources en ligne controversées, dont un site web sur l’homéopathie, un militant anti-vaccination et un site canadien pro-vie, pour diffamer M. Gates, qui a promis 250 millions de dollars pour développer un vaccin contre le coronavirus.

L’émission de télévision russe a également fait référence à un discours du TED que M. Gates a donné en 2015, dans lequel il a mis en garde contre les dangers d’une pandémie à venir, suggérant qu’il connaissait le coronavirus à l’avance. Elle a également insinué que la Fondation Bill et Melinda Gates tirerait profit du vaccin.

Newsweek a contacté la Fondation Bill et Melinda Gates pour lui faire part de ses commentaires. Dans un podcast avec Vox, le philanthrope a déclaré qu’une telle désinformation était dangereuse, « en particulier dans ce type de crise où la volonté des gens de croire à des choses sauvages est accrue ».

De telles théories liant le fondateur de Microsoft au coronavirus ne sont pas nouvelles, une analyse du mois dernier par le New York Times et la société d’analyse des médias Zignal Labs ayant révélé que le lien a été mentionné plus de 1,2 million de fois à la télévision et dans les médias sociaux entre février et avril.

Cependant, l’analyse de la Commission européenne montre que les médias russes ont colporté un certain nombre d’autres théories du complot sur le coronavirus.

Lorsqu’il a été contacté par Newsweek, un porte-parole de la Commission européenne a fait référence à une recherche publiée le 30 avril, menée par sa branche « UE contre la désinformation », qui décrit comment le COVID-19 « est toujours le sujet dominant dans l’écosystème de désinformation pro-Kremlin ».

Ces recherches comprenaient des allégations selon lesquelles le virus était fabriqué par l’homme, une arme biologique ou qu’il avait été créé dans des laboratoires étrangers.

« Il est probable que l’épidémie de COVID-19 continuera à dominer à la fois dans les reportages professionnels et dans le contenu des médias de désinformation », a conclu l’article « L’UE contre la désinformation », tout en notant qu’étant donné la réponse de l’Europe au virus, « il semble que le sujet commence à devenir moins confortable en tant que vecteur de désinformation pro-Kremlin ».

Mark Galeotti, expert russe et professeur honoraire à l’école d’études slaves et est-européennes de l’University College London, a déclaré que si de telles théories du complot sur le coronavirus étaient courantes à la télévision russe, elles ne représentaient pas un plan du Kremlin.

« Il existe en Russie toute une sorte d’écosystème de toutes sortes de créateurs et de propagateurs de théories du complot bizarres et souvent toxiques. Ce n’est pas la même chose que de suggérer qu’il existe une sorte de programme gouvernemental », a-t-il déclaré à Newsweek.

« Tous ces individus, programmes et experts agissent comme des fournisseurs de contenu, et quand il le veut, le Kremlin tend la main et décide lequel de ces programmes il va utiliser, adapter et propager. »

« Je constate que l’État russe est inhabituellement réticent à s’impliquer dans ces campagnes de désinformation sur le COVID-19 », a-t-il ajouté.

Le mois dernier, la Cour suprême de Russie a jugé qu’il était illégal pour les médias russes de diffuser de fausses informations sur le coronavirus « d’importance publique qui menaçait la santé et la vie des gens ».

Source: Newsweek, le 1er mai 2020

Réagir