Guinée-Vers quoi nous dirigeons nous à quatre mois des élections présidentielles ?

Banniere CBG

À quatre mois des élections présidentielles, nous apprenons qu’il y’a un projet de modification du code électoral, chose qui est anormale.

Aujourd’hui nous avons une Assemblée nationale décriée par l’opposition et la société civile regroupées au sein du FNDC.

Une élection s’est tenue avec des tracasseries de toutes sortes pour une nouvelle constitution qui a fini par être falsifiée ;

Une CENI contreversée ayant à sa tête un ancien habitué de la gestion très contestée de la CENI et dont la crédibilité reste à prouver. Plusieurs personnes sont aujourd’hui détenues injustement pour leurs opinions ;

Une crise sanitaire covid19 aussi est entrain d’appauvrir et tuer les citoyens. Pourtant Octobre 2020 date légale d’organisation des élections présidentielles prochaine n’est pas loin ;

Une certaine CODEEC est née avec pour objectif de maintenir le Prof Alpha Conde en fin de mandat au pouvoir. Le FNDC n’a pas dit son dernier mot.

C’est pourquoi je pose la question de savoir , Vers quoi nous dirigeons nous ? 
Une chose reste claire , les élections présidentielles ne pourront certainement pas se tenir en Octobre 2020 , donc une période transitoire pointe à l’horizon. Une autre question, De quelle type de transition avons nous besoin? . Voilà des constats et quelques questions qui nous montrent clairement que nous allons certainement vers une autre période trouble de notre histoire .

Monsieur le président de la république et son gouvernement doivent dès maintenant posés des actions allant dans le sens de baisser les températures et surtout rassurer la population sur certaines questions essentielles dont la principale est de savoir si oui ou non le président veut un mandat ?  Si cette question est répondue alors le Dialogue sollicité par le président pourrait se tenir dans un climat de sérénité.

Pour finir je souhaite interpeller ma génération, il est l’heure que chacun s’implique d’une manière ou d’une autre dans la vie de la nation car notre avenir en dépend. Être observateur de cette période critique qui pointe à l’horizon sera très dangereux. Bien cordialement.

 

Wattara Aboubacar Sidiki. Porte-parole de Dr Faya Millimouno president du bloc liberal

Réagir