Le président tanzanien déclare que son pays est « débarrassé du coronavirus » après « trois jours de prière »

Banniere CBG

Alors que la Tanzanie entame des négociations sur un éventuel allègement de la dette dans le cadre d’un programme du G-20 visant à aider les nations les plus pauvres, le président John Magufuli a proclamé cette semaine que son pays est « débarrassé du coronavirus » grâce au pouvoir de la prière.

Il a été rapporté il y a quelques semaines que Magufuli avait mis à la porte des représentants de l’OMS (après les avoir soi-disant entraînés à tester des échantillons d’une papaye pour le COVID-19), suscitant les critiques de plusieurs de ses voisins. Il a également affirmé qu’un mélange de gingembre et de limonade avait guéri son fils du virus.

Le nombre de cas de COVID-19 en Tanzanie est resté bloqué à 509 depuis six semaines, le pays ayant cessé de mettre à jour ses chiffres. Les politiciens de l’opposition affirment que le nombre réel est plus proche de 10 000.

Magufuli a accusé ses opposants d’exagérer l’impact du virus dans le cadre d’une conspiration visant à le chasser du pouvoir. Mais comme Zika avant lui, le coronavirus est venu et reparti, a-t-il dit, vaincu après « trois jours de prière ».

« Quand je suis arrivé au pouvoir, ils ont dit que nous avions des cas de virus Zika et j’ai renvoyé la personne qui l’avait annoncé … Depuis que je l’ai viré il y a cinq ans, la Tanzanie n’a pas eu de cas de Zika », a déclaré M. Magufuli lors d’une conférence d’enseignants vendredi dans la capitale, Dodoma.

« Ensuite, ils ont dit que nous avons le virus Ebola, sachant que les touristes ne viendront pas dans un pays qui a le virus Ebola et que les gens ne travailleront pas ici s’il y a le virus Ebola », a-t-il dit, ajoutant que personne n’était mort de ce virus.

« Maintenant, nous avons le corona. Ils ont dit que des corps joncheraient les rues en Afrique. Mais ils ne savaient pas que Dieu aime la Tanzanie », a déclaré M. Magufuli. « Nous avons prié pendant trois jours et le coronavirus est mort. »

Pendant ce temps, les législateurs de l’opposition ont accusé le président de « décongestionner » les hôpitaux pour faire paraître le problème moins grave.

Aube Digitale

Réagir