Nanfo Diaby à ses détracteurs : ‹‹ je continuerai de prier en langue maninka ››

Banniere CBG

Le prédicateur Nanfo Diaby n’est pas encore prêt à retirer sa prière en langue Malinké. En prélude d’une conférence de presse qu’il a tenue, l’homme qui décide de faire sa prière dans cette langue a persisté qu’il n’y aura aucun verset dans le coran qui lui interdit de prier dans sa langue.

Comme si il faut être devant la prière, le chroniqueur Nanfo Diaby, a encore affirmé qu’il fera sa prière et qu’aucun coran n’a jamais interdit quelqu’un de prier en Malinké, d’ailleurs, il profite de la même lancée pour condamné de ce qu’il appel ‹‹ abus des autorités contre sa personne et son idéologie ››.

« Quand nous avons commencé à prier en maninka, je pensais qu’on allait être apprécié par les autorités, mais à notre fort étonnement le 1er responsable de la préfecture en complicité avec certains responsables religieux qui se croient plus religieux nous ont interpellés et nous enfermés. Or, il n’y a aucun verset dans le coran qui m’interdit de ne jamais prier en malinké. Donc je continuerai de prier en langue maninka.  Dieu même aime ça», tranche Nanfo Diaby.

Vu que sa mosquée a été démolie, il annonce qu’une plainte est déjà déposée contre X à la justice. 

 « Cette affaire ce n’est pas simplement parce que je prie en Maninka. Des extrémistes qui se disent croyants ont complètement détruit ma mosquée, mon véhicule et autres biens matériels. Mais aujourd’hui j’ai porté une plainte contre X. Désormais je vais attaquer à la Cour Suprême les autorités religieuses. J’ai informé Maître Salif Beavogui qui est désormais notre avocat », martèle-t-il chez nos confrères. 

Ismaël Nanfo Diaby comme c’est de lui qu’il s’agit, est allé jusqu’à même dire que certains médias locaux de la ville de Kankan ont manqué d’être impartial dans le traitement de l’information liée à cette affaire dont-il est victime. 

Abd Akila pour Oceanguinee.com 

Réagir