La Chine est Effrayée : Des scientifiques avertissent qu’un volcan éteint depuis 500 000 ans « semble se recharger »

Banniere CBG

La CHINE pourrait être confrontée à une énorme catastrophe naturelle dans le futur après que des scientifiques aient averti qu’un volcan – que l’on croyait éteint – « semble se recharger » après avoir découvert deux chambres magmatiques profondément enfouies sous la surface.

Des scientifiques de l’Université des sciences et des technologies de Chine étudiaient le volcan Weishan – situé à l’intérieur du champ volcanique de Wudalianchi, au nord-est du pays. La dernière éruption de ce volcan remonte à environ 500 000 ans, mais d’autres éruptions bien plus récentes ont eu lieu dans le complexe. Le champ volcanique de Wudalianchi couvre une superficie d’environ 193 miles carrés et contient 14 cônes de cendres à parois abruptes qui sont entourés de coulées de lave.

La dernière éruption sur le site remonte à 1776, mais une étude menée par Ji Gao – publiée dans la revue Geology le mois dernier – indique qu’il pourrait y avoir de l’activité sous Weishan.

L’équipe a établi une carte en 3D montrant la structure en dessous, identifiant apparemment deux poches de magma.

Auparavant, les scientifiques avaient identifié une chambre de magma peu profonde sous le volcan.

Dans la dernière étude, l’équipe a trouvé cette chambre peu profonde dans la croûte supérieure, ainsi qu’une autre plus profonde, dans la croûte moyenne.

Les chercheurs affirment que les résultats sont conformes aux modèles suggérant que le magma de la croûte moyenne pourrait servir de source pour « recharger la chambre magmatique de la croûte supérieure ».


Le volcan se trouve dans le champ volcanique de Wudalianchi, au nord-est du pays. (Image : STUDY)

Selon l’équipe, la fraction fondue du magma dans les chambres situées sous le volcan est d’environ 15 %.

On pense généralement qu’il y a des éruptions lorsque ce chiffre atteint 40 %, mais les chercheurs ont averti qu’une surveillance accrue doit maintenant être mise en place.

Ils craignent également qu’un certain nombre de tremblements de terre signalés dans la région depuis 2008 puissent indiquer le mouvement du magma – un signal qu’une éruption pourrait bientôt avoir lieu.

L’étude se lit comme suit : « Compte tenu des importantes fractions de fonte et des séismes et secousses actives qui se produisent autour des réservoirs de magma, le volcan Weishan est probablement en phase active avec une recharge du magma.


Le journal a averti que le volcan pourrait se recharger (Image : STUDY)

« C’est pourquoi elle a besoin d’une surveillance plus active pour mieux prévoir ses futures éruptions potentielles ».

Avant la découverte, les géologues se sont concentrés sur le Changbai, ou aussi connu sous le nom de mont Paektu, au sud.

Ce volcan est entré en éruption en 946 après J.-C. et est considéré comme l’un des plus puissants événements volcaniques jamais enregistrés – la zone de retombées s’étendant du Japon au Groenland.

Cependant, d’autres experts qui n’ont pas participé à l’étude sont sceptiques quant aux résultats.

Xu Jiandong, directeur de la division de recherche volcanique de l’Administration chinoise des tremblements de terre à Pékin, a déclaré au South China Morning Post : « S’il y a vraiment d’énormes chambres magmatiques dans la région, nous aurions dû détecter certaines activités sismiques connexes. »


Le journal a averti que le volcan pourrait se recharger (Image : STUDY)
Auparavant, les scientifiques avaient identifié une chambre magmatique peu profonde sous le volcan (Image : STUDY)

« Lorsque la chambre inférieure recharge la chambre supérieure, il devrait y avoir un certain mouvement. »

« Mais jusqu’à présent, après des décennies de surveillance sur le site, nous n’avons presque rien détecté. Toute la zone a été très, très calme. »

Dans l’ensemble, l’étude a révélé que les volcans du nord-est de la Chine pourraient être en phase d’activité.

Cela représente une grave menace pour la vie humaine et l’environnement, ce qui signifie qu’une surveillance supplémentaire est nécessaire pour prévoir les éventuelles conséquences.

Source: Express.co.uk,

Réagir