Confinement de Melbourne : La police peut entrer dans les domiciles sans mandat pour procéder à des « contrôles ponctuels »

Banniere CBG

La police de Melbourne, en Australie, a désormais le pouvoir d’entrer chez les gens sans mandat et d’effectuer des « contrôles ponctuels » pour faire respecter les nouvelles mesure de confinement pour stopper le coronavirus.

Après que l’État de Victoria a annoncé « l’état de catastrophe » en réponse à une augmentation des cas de coronavirus, le premier ministre de l’État, Daniel Andrews, a déclaré aux habitants : « Nous ne pouvons plus laisser les gens sortir sans raison valable ».

En plus du couvre-feu de 20 heures à 5 heures du matin, les résidents ne peuvent quitter leur maison qu’en dehors de ces heures pour faire des achats de nourriture et d’articles essentiels, pour prodiguer des soins et des attentions, ainsi que pour faire de l’exercice et travailler quotidiennement.

« Les nouveaux pouvoirs donnent également à la police le droit « d’entrer dans votre maison pour effectuer des contrôles ponctuels même si vous ne leur donnez pas l’autorisation et qu’ils n’ont pas de mandat », a rapporté LockdownSkeptics.org.

Des contrôles sur les achats ont également été introduits, limitant les citoyens à l’achat de deux articles essentiels au maximum, dont les produits laitiers, la viande, les légumes, le poisson et le papier toilette.

Comme nous l’avons souligné précédemment, immédiatement après l’annonce par le gouvernement de ces nouvelles mesures draconiennes, des centaines de policiers se sont positionnés autour des tours d’habitation pour s’assurer que personne ne puisse partir.

Les gens ont été informés qu’ils devaient rester dans la résidence dans laquelle ils avaient dormi la nuit précédente pendant les six semaines suivantes. Toute personne qui enfreint les nouvelles règles s’expose à une amende pouvant aller jusqu’à 1 652 dollars, montant qui devrait être majoré.

Comme l’écrit Toby Young, l’augmentation des cas de COVID-19 dans la région pourrait simplement être due au fait que davantage de tests sont effectués.

« Victoria a testé près de 43.000 personnes le dimanche 26 juillet, soit deux fois plus que les jours normaux, et le pic de mercredi pourrait être dû aux quelques jours de retard avant que les résultats n’arrivent. En outre, un pourcentage des résultats positifs est probablement dû à la recherche extensive des contacts introduite ces dernières semaines, avec des tests ciblés sur les personnes qui ont été en contact avec d’autres personnes infectées ».

« Cela ressemble à un modèle familier : sur les conseils des responsables de la santé publique, un dirigeant politique intensifie les tests et introduit un programme de suivi et de traçabilité, puis, lorsque le nombre de cas augmente inévitablement, le dirigeant panique et introduit de nouvelles mesures draconiennes ».

AD

Réagir