Égypte : Le gouvernement s’apprête à poursuivre 86% de la population adulte pour ne pas avoir voté

Banniere CBG

La commission électorale égyptienne a déclaré mercredi qu’elle allait saisir les procureurs d’environ 54 millions de personnes qui n’ont pas voté ce mois-ci aux élections de la chambre haute du Parlement.

Seulement 14 % des 63 millions d’électeurs égyptiens ont participé à l’élection, a déclaré la commission.

Elle a déclaré que près de 1,4 million de bulletins de vote, soit 15,4 % de l’ensemble des votes, n’étaient pas valides.

La décision d’engager des poursuites reflète la déception du gouvernement face au faible taux de participation.

La chambre de 300 sièges, connue officiellement sous le nom de Conseil des sénateurs, aura un mandat purement consultatif, approuvant les projets de loi envoyés par le président ou le corps législatif.

La chaleur accablante de l’été et la crainte d’une infection par le coronavirus ont contribué à la faible participation.

L’apathie des électeurs aurait également eu un effet, le résultat du vote – une chambre remplie de partisans du gouvernement – semblant être acquis d’avance.

Cent des 300 sièges de la chambre ont été remportés par une liste « fermée », pro-gouvernementale, qui n’a pas rencontré d’opposition.

Une centaine d’autres seront bientôt nommés par le président Abdel Fattah El Sisi, tandis que l’autre tiers a été remporté par des candidats indépendants qui ne sont pas critiques à l’égard du gouvernement.

La chambre haute du Parlement a été supprimée par la constitution égyptienne de 2014, mais les amendements adoptés lors d’un référendum national l’année dernière prévoient sa réintroduction.

En vertu d’une loi rarement appliquée, les électeurs qui se tiennent à l’écart des urnes sans raison valable s’exposent à une amende.

Ces amendes pourraient rapporter au Trésor public jusqu’à 2,75 milliards de livres égyptiennes (Dh636,6 millions / 173,3 millions de dollars).

Il serait pratiquement impossible de poursuivre 54 millions de personnes, et encore moins de percevoir les amendes, mais le gouvernement, semble déterminé à faire une déclaration.

« L’État égyptien a fourni des ressources suffisantes et a fait les préparatifs nécessaires pour que les électeurs puissent exercer leur droit politique », a déclaré la commission.

« La commission électorale nationale a pris toutes les mesures préventives pour protéger toutes les parties prenantes au processus électoral, ainsi que les électeurs, contre le coronavirus.

« Elle a averti à maintes reprises que les électeurs doivent voter, mais certains n’ont pas rempli leur rôle national et leur devoir de participation.

[…]

« C’était une élection compétitive qui s’est déroulée selon les normes internationales les plus élevées en matière de transparence et d’intégrité », a déclaré le président de la Commission, Lasheen Ibrahim.

Il a félicité les Égyptiens d’avoir pris part au vote malgré la chaleur et la pandémie, qui a tué plus de 5 000 personnes dans le pays et en a infecté près de 100 000 depuis son début en février.

« Et malgré cela, le glorieux peuple égyptien a été capable de s’en sortir et de montrer au monde qu’il est capable de faire face à ces difficultés quel qu’en soit le coût », a déclaré M. Ibrahim.

Source: The National

Aissata keita

Réagir