Sidya Touré sur l’investiture de Cellou Dalein Diallo : ‹‹ je suis un peu surpris mais bon… ››

Banniere CBG

Après l’investiture de son ami et proche collaborateur dans le FNDC pour une alternance en Guinée, Sidya Touré, président de l’Union des forces républicaines de Guinée s’est dit surpris de cette investiture du président de l’UFDG. En exclusivité avec nos confrères d’Africaguinee, cet homme politique confie qu’il n’a pas été invité par Cellou Dalein Diallo et rassure que le combat du FNDC va continuer jusqu’au départ d’Alpha Condé.

‹‹ Je suis surpris parce que je n’ai pas été informé ni invité. Ce n’est pas ce genre de relations que j’entretiens avec Cellou. Donc j’estime que quelque soit la démarche, on doit coordonner ça avec ceux que nous sommes en train de faire tout ça ensemble. Je suis un peu surpris, mais bon de toute façon, nous continuons au FNDC à chercher à atteindre les objectifs que nous nous étions fixés au départ. A savoir le départ d’Alpha Condé, le refus du troisième mandat, le refus d’une présidence à vie. C’est ce pourquoi nous nous battons ››, laisse entendre Sidya Touré chez nos confrères.

Sidya Touré prévient que les élections présidentielles seront les mêmes qu’aux législatives. 

‹‹ Le peuple de Guinée tournera le dos à ces élections, il ne les acceptera pas. Alpha a toujours un système là-bas qui lui permet de faire ce qu’il veut, d’obtenir les résultats qu’il veut puisqu’il le fait au mépris de tout ››, a-t-il prévenu. 

Pour Sidya Touré, l’État actuel de nos routes ne permet pas d’organiser des élections mais, selon son analyse, seul le départ d’Alpha Condé permettra à la Guinée de rebondir et trouver un second souffle. 

‹‹ Vous avez vu l’état de notre pays aujourd’hui, pour aller à Kankan il faut trois jours, pour aller à Kindia, il faut combien d’heures? Vous pensez que quelqu’un est capable de faire une campagne à l’intérieur de ça? Ce n’est pas tout. Comment vous allez pouvoir le jour des élections, remontrer travailler pour que tout ça soit sécurisé? Les conditions en Guinée ne permettent pas tout cela. Donc, nous disons que la réalité, c’est le départ de Alpha. C’est ce qui nous permettra de rebondir, c’est ce qui permettra au pays de trouver un second souffle pour repartir ››, martèle le président de l’UFR. 

A suivre…

Abd Akila pour Oceanguinee.com 

Réagir