Le CSDF plaide pour la libération d’Étienne Soropogui et Cie « Lettre ouverte »

Banniere CBG

Excellence Monsieur le Professeur,

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF) voudrait vous signifier qu’il suit avec un intérêt républicain vos efforts qui visent à apaiser le climat sociopolitique, en Guinée.

Pour rappel, les dissensions entre votre régime et certains partis politiques ainsi que certaines forces vives, dont le FNDC, tirent leurs racines dans le dénouement du double scrutins de 2020 qui, par la suite, a conduit aux séries d’arrestation de leurs membres. C’est pourquoi, le CSDF salue la récente libération conditionnelle de quatre détenus, partisans de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG).

Ce geste de votre part est un bon signal qui augure votre volonté de pacification constructive de notre pays ; et ceci est conforme à « La Déclaration universelle des droits de l’homme [qui] garantit à [chaque citoyen] les droits économiques, sociaux, politiques, culturels et civils qui sont le fondement d’une vie à l’abri du besoin et de la peur ». (Extrait de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme).

Toutefois, le CSDF souhaiterait que vous élargissiez également Etienne Soropogui, du Parti « Nos Valeurs Communes »; Mamady Onivogui du Mouvement « Elazologa » ; et Kéamou Bogola Haba, Porte-Parole de l’ANAD. Un tel geste de votre part s’alignerait logiquement avec ce que vous avez amorcé avec les cas de Madic 100 Frontières, un activiste blogueur, et de Souleymane Condé, Coordinateur du FNDC, aux USA.

Vous avez élargi tous les prisonniers ci-dessus cités pour des « raisons de santé », entre autres. Cependant, il est établi que les détenus que sont Soropogui, Onivogui et Haba, originaires de la Guinée Forestière, sont aussi tous malades. Les assertions des médecins de nos Centre Hospitaliers Universitaire (CHU)—dont des cardiologues, pour le cas du dernier, font foi. C’est pourquoi, nous suggérerions que vous acceptiez de bien vouloir les libérer.

Dans la même ligne de mire du respect d’opinions politiques des citoyens, le CSDF voudrait respectueusement solliciter que vous libérez les prisonniers emblématiques suivants, entre autres : (1) Oumar Sylla dit « Foniké Mangué » du FNDC ; Ismaël Condé, Vice-Maire de Ratoma, tous deux détenus à la Maison Centrale et (2) la quarantaine de « Forestiers » qui sont confinés dans les geôles de Soronkoni, depuis les évènements survenus à N’Zérékoré en mars 2020.

Excellence Monsieur le Professeur,

En accomplissant une action de pacification inclusive, vous cultiveriez une quiétude exclusive en Guinée ; vous unifieriez toutes les forces Guinéennes ; et ce climat de stabilité stimulerait le développement socio-économique dont notre pays a tant besoin.

Excellence Monsieur le Professeur,

Nous sommes d’avis que les dissensions au sein de notre classe politique sont inhérentes à la phase actuelle du cours de notre développement historico-politique. Cette phase est marquée, entre autres, par notre apprentissage de Démocratie dans son format occidental. Il est en fait établi par des politologues, sociologues et historiens que la pratique de ce type de régime semble apporter des solutions de gouvernance aux jeunes Etats, comme la Guinée, tout en leur apportant de complexes problèmes de cohabitation inter-ethniques. Pour mémoire, ce régime politique a été proposé, voire même imposé, aux ex-colonies française d’Afrique—en ce qui les concerne, lors du sommet Franco-Africain tenu dans la Commune de la Baule, du 19 au 21 juin 1990.

Excellence Monsieur le Professeur,

Le CSDF est conscient de la problématique que pose la démocratie occidentale particulièrement en Afrique francophone postcoloniale, dont notre pays. C’est pourquoi nous sommes d’avis que notre classe politique devrait d’abord se réconcilier; et ensuite cultiver la concorde nationale dans l’intérêt supérieur des Guinéens, sans discrimination.

Au nom de la démocratie, pour laquelle vous avez mené 40 longues années de combat, nous saisissons l’occasion pour vous affirmer les assurances de notre auguste considération.

 

Dr. Antoine Nyankoye Sovogui

Président du BEM/CSDF

Réagir