Après la Guinée, l’Iran retrouve son droit de vote à l’ONU

Source : rfi.fr

La Corée du Sud a utilisé 18 millions de dollars de fonds iraniens gelés dans des banques coréennes pour régler les impayés de Téhéran aux budgets de l’ONU, a annoncé dimanche Séoul, ce qui va permettre à l’Iran de récupérer rapidement son droit de vote aux Nations unies.

Ce paiement a été fait vendredi 21 janvier en coopération avec les États-Unis et les Nations unies, après que l’Iran eut « demandé en urgence » à la Corée du Sud de payer la somme due, a expliqué le ministre sud-coréen des Finances dans un communiqué. « Le paiement des contributions à l’ONU de l’Iran (plus de 18 millions de dollars) a été effectué », a confirmé à l’AFP à New York la mission diplomatique iranienne.

Dès vendredi, des sources onusiennes avaient indiqué à l’AFP qu’un peu plus de 18 millions de dollars de l’Iran avaient été débloqués à Séoul pour régler l’ONU. Ce montant était le minimum des arriérés dus par Téhéran aux Nations unies pour pouvoir récupérer son droit de vote au sein de l’Organisation, perdu début janvier.

Sept milliards de dollars gelés dans deux banques sud-coréennes

C’est une nouvelle évolution dans un dossier épineux qui se joue entre Téhéran, Séoul et Washington, rapporte notre correspondant à Séoul, Nicolas Rocca. Depuis 2018 et la mise en place de sanctions économiques américaines envers l’Iran, le pays court après 7 milliards de dollars bloqués dans deux banques sud-coréennes. La Corée du Sud et l’Iran sont des partenaires commerciaux historiques, et les fonds visaient à faciliter les échanges entre les deux pays. Du pétrole pour Séoul, des produits sud-coréens pour Téhéran.

Si les fonds restent bloqués, la Corée du Sud a déjà pu en utiliser une partie pour couvrir les dettes iraniennes à l’ONU en juin, et une nouvelle fois donc ce vendredi. Après qu’en janvier 2021 un navire sud-coréen avait été saisi par les gardiens de la révolution afin de faire pression sur les États-Unis et leur allié, la Corée du Sud et l’Iran avaient trouvé un accord.

Pourtant Washington bloque toujours et en dehors des paiements à l’ONU seul 70 millions de dollars ont été utilisés par Séoul pour payer les exportations en Iran d’entreprises sud-coréennes.

Il semble aujourd’hui que l’avenir de ses 7 milliards de dollars, fruits de nombreuses années de commerce avec la Corée du Sud, dépendent des négociations pour revenir à l’accord de Vienne sur le nucléaire signé en 2015 avant que Donald Trump n’en sorte en 2018.

L’article 19 de la Charte des Nations unies prévoit une suspension du droit de vote à l’Assemblée générale pour tout pays dont le montant des arriérés est égal ou supérieur à la contribution due par lui pour les deux années complètes écoulées.

Avec AFP

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com