Nabaya Guet: A ce stade, nous n’allons pas parler d’extradition de Zenab Nabaya (Procureur de la CRIEF)

Le procureur spécial Aly Touré lors d’un point de presse s’est exprimé sur l’affaire Nabaya Guet, plus précisément de la personne de Zenab Nabaya, qui jusque-là n’est pas rentrée au pays, mais qui est citée dans une affaire de présumé détournement de 131 milliards de francs guinéens.

Une affaire dans laquelle se trouve cité Ismaël Dioubaté, ancien ministre du budget, déjà détenu à la maison centrale de Conakry avec Eveline Fola Mansaré aussi cité dans la même affaire.  Tout comme d’ailleurs l’ancien ministre Tibou Kamara qui aussi a été entendus, mais libre de ses mouvement.
Pour le procureur spécial de la CRIEF sur les raisons de l’absence de l’ancienne ministre Zénab Nabaya, il précise:
 » C’est vrai qu’on a ouvert l’information judiciaire contre madame Zenab Dramé, Tibou Kamara, Ismaël Dioubaté et Eveline Fola Mansaré. Les trois derniers noms que j’ai cités sont actuellement en Guinée et ils ont été entendus devant la chambre d’instruction. La première (Zenab Dramé) n’est pas en Guinée. Il y a une convocation qui a été émise régulièrement à son adresse, qui a été signifié à son domicile et signifié à ses avocats qui sont actuellement en Guinée. La communication a été signifié à ses avocats. La date de la comparution arrivée, les avocats sont venus voir la chambre de l’instruction pour les faire savoir que leur client n’est pas en Guinée et qu’elle serait convalescente. Ils ont donc sollicité un délai de la chambre de l’instruction pour leur accorder le temps pour que celle là revienne en Guinée pour être entendue sur les faits qui lui sont reprochés. Nous sommes à ce stade. En tout état de cause, qu’elle vienne ou qu’elle ne vienne pas, une procédure judiciaire est une procédure entière parce qu’elle concerne des personnes sur le territoire guinéen et des personnes qui sont en dehors du territoire ». A-t-il précisé avant de préciser que toute personne poursuivie par la CRIEF viendra répondre ou la CRIEF la fera venir.
 » A ce stade, nous n’allons pas parler d’extradition parce que les avocats sont venus solliciter un délai pour permettre à cette dame ( faisant allusion à Zenab Dramé) de venir. La chambre est entrain d’observer ce délai. Mais je vais rappeler que les personnes qui sont poursuivies, si elles sont en dehors de la Guinée et qu’on sente un refus catégorique pour elles de rejoindre leur pays, nous avons des coopérations judiciaires bilatérales et multilatérales qu’on appelle l’entraide judiciaire internationale (…). Nous avons suffisamment ce mécanisme qui nous permet d’avoir des gens dans notre pays qui sont poursuivies par les juridictions nationales. Dans ce cas, nous n’avons aucune inquiétude. Nous savons que toute personne poursuivie devant la CRIEF viendra répondre devant la CRIEF ou on la fera venir« .

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com