Vous dont les corps, les cœurs et les âmes ont subi tant de violences gratuites, …je demande à chacun d’écouter le mal de son voisin (Colonel Doumbouya)

Le président de la transition Guinéenne, le colonel Mamadi Doumbouya dans son discours d’ouverture des assises nationales,  a touché pas plus qu’un cœur dans son discours.

Lisez :

 » Mes chers frères et sœurs,

Vous dont les corps, les cœurs et les âmes ont subi tant de violences gratuites ; vous dont les maisons ont résonné de tant de deuils injustes ; vous dont les quartiers ont souvent retenti de la glaçante indifférence ; vous, sœurs et frères, mères et pères, tantes et oncles de destinées partagées ; du haut de cette tribune, je demande à chacun d’écouter le mal de son voisin, de s’ouvrir à soi-même, et aux autres, dans la transparence et la vérité.

La vérité. Oui, la vérité. Celle qui donne tout leur sens à ces Assises Nationales. La vérité. Celle qui précède toute entreprise de réconciliation. La vérité. Celle qui est synonyme de repentir et de reconnaissance de nos torts. C’est elle, cette vérité-là, après tellement d’affrontements et de luttes stériles, c’est elle qui dicte mes décisions. Comme celle qui nous réunit à l’occasion de nos assises. C’est cette vérité-là qui nous demande : Et si on s’écoutait maintenant ? Et si on se parlait à présent ?

Ces journées de Pardon et Vérité s’étaleront sur six (6) semaines. J’ai instruit le Premier Ministre de mettre en place un Comité National des Assises, pour coordonner l’ensemble des activités durant cette période ».

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com