Fodé Soumah d’accord avec la CEDEAO : ‹‹ ce n’est pas une surprise ››

Lors d’un sommet extraordinaire des chefs d’États africains, plusieurs questions ont été débattues sur la question de la transition en Guinée.

Face à cette situation qui n’échappera pas à une sanction contre la transition guinéenne, le pratron du parti dans un entretien accordé à nos confrères de mosaiqueguinee ne trouve guère ce sujet étonnant.

« Ce n’est pas une surprise il fallait s’y attendre, on ne peut pas avoir été au commande d’un pays après un coup de force et qu’au bout d’un semestre, on ait aucune lisibilité sur le retour à l’ordre constitutionnel. Donc, il fallait s’y attendre. Moi j’ai envie de dire aux dirigeants actuels que le problème n’est plus une question d’orgueil, de fierté ou d’ingérence dans les affaires internes d’un État ou de souveraineté, c’est de penser au peuple qui sera le premier à souffrir des restrictions. Je pense sincèrement qu’il est plus que temps, que nous ayons un chronogramme, parce que le président de la transition a fixé les termes, il a dit qu’il y avait cinq points importants : la constitution, les listes électorales et les trois élections. Pour la constitution, on n’a pas besoin d’une nouvelle, nous disposons déjà de celle de 2010, que nous pouvons toiletter et adapter. Nous sortons d’élection donc, nous pouvons réviser les listes électorales, sachant qu’il suffit de faire passer tous les électeurs devant les démembrements et d’écraser le reste des fichiers comme ça, on aura un fichier propre, quiconque ne figure pas sur les listes électorales pour se faire enrôler », a-t-il soulevé chez nos confrères.

Nous y reviendrons…

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com