Mort de Thierno Mamadou Diallo : Charles Wright déplore une récupération politique et sociale qui se dessine

Le procureur près la Cour d’Appel de Conakry,  Alphonse Charles Wright persiste et signe, la marche funèbre projetée par le FNDC avant l’inhumation du jeune Thierno Mamadou Diallo tué par balle le mercredi dernier, est une déclaration de guerre contre l’appareil judiciaire Guinéenne.

Il a par la même occasion, déploré la récupération politique et sociale que le FNDC et certains acteurs politiques qui veulent faire de cette affaire alors que les enquêtes sont en cours.

Lisons le :

 » …Ce qui est déplorable, c’est la récupération politique et sociale qu’on veut faire de cette situation. Un dossier judiciaire qui est en cours avec toutes les exigences, que les gens cherchent désespérément à faire un lien avec ce qui est fait par rapport à tous les crimes antérieurs. Mais ce que je vais dire ce matin j’ai reçu la famille de la victime. Ils ont été clairs par rapport à leur position. Ils veulent que justice soit faite pour le repos de l’âme de leur enfant.

Nous avons pris des engagements par rapport à ça. La famille nous a dit qu’elle n’est associée ni de près, ni de loin au communiqué passé par le FNDC, mais aussi d’autres groupes politiques qui visent à faire un déroulé d’un programme funèbre. Aux organisateurs d’une marche funèbre,  je voudrai rappeler une chose, l’on ne peut pas, en lieu est place de la famille, procéder à une récupération politique ou sociale. Cette procédure judiciaire n’a pas besoin de tumulte. Elle n’a besoin que de sérénité. C’est pourquoi je dis qu’on soit ministre de la sécurité, qu’on soit ministre de la réconciliation nationale quelle que soit la position qu’on représente au sein de l’appareil d’État, lorsqu’une procédure est judiciaire, il revient aux autorités judiciaires seules de procéder à des communications », avant d’ajouter «au moment où la justice est en train de faire son travail, c’est de mettre des t-shirts un peu partout. Pour quelle finalité ? Mais en cas de trouble à l’ordre public, toutes les personnes qui ont lancé des appels à cette manifestation j’ai donné des instructions fermes sans ambages quelle que soit la personne, elles seront poursuivies et arrêtées, déférées conformément à la loi. Ce n’est pas un problème qui relève de l’autorité administrative. Vous ne pouvez pas en lieu et place de la famille pousser les gens dans la rue  » ,a-t-il fait savoir

Réagir