Contrairement aux premières informations, Mouctar Diallo n’a pas été tué par balle, mais par des loubards (Famille)

On en sait davantage sur la mort de Mouctar Diallo, mort hier au carrefour cirage,  dans la commune de Ratoma. Il a fallu ce matin après que la famille a eu accès au corps du jeune médecin pour que les informations des premières heures qui ont suivies son décès soient démenties.

Interrogé par nos frères d’avenirguinee,  son cousin et grand frère innocente les agents de forces de l’ordre postés au carrefour cirage. Il affirme que c’est sont les jeunes loubatds déguisés en manifestants qui ont tués son frère.

 » Mon jeune frère, qui était médecin de formation (dermatologue), préparait sa thèse qui devrait se tenir la semaine prochaine. Il s’est rendu à hamdallaye pour ses activités. A son retour, il est tombé sur une panne : il y avait un affrontement entre les forces de l’ordre et quelques jeunes. Après un instant, la famille a été informée qu’il était décédé. On nous a fait croire qu’il a été touché par balle. » A-t-il fait savoir avant de poursuivre :

 » Ce matin, la famille s’est rendue dans une clinique à Bambéto où le corps a passé la nuit. Après, on a vérifié tout le corps, il n’y a aucune trace, je dis bien aucune trace de balle sur le corps de mon jeune frère. On a vu qu’il a été tapé sur la tête, donc, il a reçu des coups. Comme il avait des objets précieux (ordinateur et moto). Il n’a pas été tué par les forces de l’ordre, mais des loubards, des bandits que je n’appelle pas manifestants. Manifester, c’est exprimer une joie ou une colère. Mais, pour exprimer cette joie ou cette colère, il y a des processus à suivre. C’est devenu très récurrent à Conakry, des jeunes se lèvent pour barricader des routes et dire qu’ils manifestent. Ce n’est pas une manifestation ça ».

Réagir