L’UFDG et l’ANAD ne participeront pas au dialogue annoncé par le premier ministre Béavogui (Fodé Oussou)

Interrogé ce mercredi 22 juin par nos confrères du goupe Évasion dans l’émission « Rien à Cacher », Dr Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG a fait savoir que sa formation politique ainsi que la coalition qui l’ANAD ne participeront pas au dialogue annoncé les autorités de la transition Guinéenne.

Pour lui, le contenu du courrier qui leur a été adressé par le ministre Mory Condé ne corrobore pas avec le discours du premier ministre, Mohamed Béavogui.

Lisons le :

« … Il faut bien lire le courrier que nous avons reçu. C’est un courrier qui est très clair, il parle de la suite des consultations. L’ANAD et l’UFDG ne participeront pas parce que, le contenu du courrier est différent de ce que le Premier ministre a dit. Nous avons pensé qu’ils sont de bonne foi et qu’ils voulaient ouvrir un cadre de dialogue permanent. Un cadre qui allait être connu, les thèmes qu’on allait débattre allaient être connus.  Parce que nous avons toujours dit, dans ce pays, on a l’habitude de dialoguer.

On peut tout reprocher à monsieur Alpha Condé, mais à son temps, le cadre était défini à l’avant, le gens étaient désignés. L’opposition désignait ses représentants, la mouvance désignait également ses représentants et on se retrouvait autour de la table de dialogue. On discutait, on s’accordait et on parvenait quand même  à avoir un accord politique. Malheureusement, monsieur Alpha Condé n’appliquait pas les conclusions de ces accords politiques. 

Aujourd’hui, il y a eu combien de concertations? Si le ministre Mory Condé pense que c’est la suite de ces dialogues qui va continuer, il n’a qu’à s’adresser purement et simplement aux partis politiques qui ont participé au premier dialogue. Quand vous voulez discuter avec les gens, vous définissez les termes du cadre de dialogue. Vous ne pouvez pas trouver une solution dans la mamaya, dans le bruit. Ici, quand vous dites les partis, mais vous avez plus de 150 partis politiques. Si vous mettez 150 personnes autour de la table, vous vous attendez à quel résultat ? ». A-t-il conclu.

Réagir