Durée de la transition Guinéenne : pourquoi Mamadi Doumbouya a démenti l’accord avec la Cedeao

Le 28 juillet dernier, Umaro Sissoco Embaló annonçait, au nom de la Cedeao, avoir réussi à convaincre Mamadi Doumbouya de ramener la transition guinéenne à 24 mois. Une déclaration aussitôt démentie par l’homme fort de Conakry. Jeune Afrique dévoile en exclusivité les raisons de cet imbroglio.

Le 28 juillet, alors que des manifestations avaient lieu à Conakry, le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embaló, président en exercice de la Cedeao, prenait la parole à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron dans son pays. Il annonçait s’être mis d’accord avec Mamadi Doumbouya pour qu’il ramène la durée de la transition guinéenne de 36 à 24 mois.

Le gouvernement guinéen avait aussitôt démenti et assuré qu’il n’en avait jamais été question lors du séjour, le 20 juillet, du président Embaló en Guinée. « Nous lui avons dit que nous ne faisions pas de fixation sur la durée, mais plutôt sur le contenu du chronogramme de la transition », a ainsi déclaré à Jeune Afrique le ministre et porte-parole du gouvernement Ousmane Gaoual Diallo. Pourtant, l’affaire est bien plus compliquée.

Un accord avait bel et bien été trouvé

Selon nos sources, un accord a bel et bien été trouvé le 20 juillet entre Mamadi Doumbouya et Umaro Sissoco Embaló. Lors d’un entretien, ces derniers se sont en effet entendus sur une transition d’une durée de 24 mois. Le Bissau-Guinéen avait toutefois accepté de laisser son homologue en faire lui-même l’annonce au public.

Ce n’est que devant le long silence de Mamadi Doumbouya qu’Umaro Sissoco Embaló s’est décidé à vendre la mèche, huit jours plus tard, le 28 juillet, à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron dans son pays. Le même 28 juillet, il s’est également entretenu au téléphone avec le président de la transition guinéenne, avant de lui passer le chef de l’État français, lequel a encouragé Doumbouya à poursuivre les efforts en commun avec la Cedeao.

Mais l’annonce de Sissoco Embaló a visiblement été vécu à Conakry comme un passage en force. Regrettant en coulisses que la forme diplomatique n’ait pas été respectée, Mamadi Doumbouya a ainsi préféré démentir tout accord et s’opposer officiellement à l’organisation ouest-africaine. Selon nos informations, les discussions se poursuivent toutefois entre Conakry et la Cedeao et, surtout, entre les deux chefs d’État.

par jeuneafrique

Réagir