Que retenir du passage de Alpha Condé à la tête de l’union africaine

Banniere CBG

Du 28 au 29 janvier 2018, se tiendront à Addis-Abeba, capitale de l’Ethiopie, les travaux du 30ème sommet de l’union africaine. Déjà sur place plusieurs délégations sont présentes dans la capitale éthiopienne. « Corruption, financement et gouvernance » est le thème de la rencontre de cette année, et le chef de l’Etat guinéen passera le relais au Président du Rwanda, Paul Kagamé.

Pendant sa mandature à la présidence tournante de L’union africaine, le chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé a lancé plusieurs réformes notamment, l’exigence aux chefs d’Etat de prendre part au sommet de l’institution du début à la fin de la rencontre, l’autofinancement de l’UA à travers l’instauration et la matérialisation de la taxe 0,2% sur les importations « éligibles » qui ne sont pas soumises aux règles de l’OMC, l’organisation mondiale du commerce. Sur ce point d’ailleurs des avancées considérables ont été enregistrées. Sur les 55 pays membres de l’institution, 21 ont sont rentrés dans le processus parmi lesquels 14 Etats ont déjà commencé à collecter les fonds dont le nôtre (la Guinée).

Autres chantiers sur lesquels Alpha Condé s’est attelé en sa qualité du Président en exercice de l’Union africaine, c’est la résolution des conflits dans certains pays notamment la crise politique en Gambie avec le départ au pouvoir de Yaya Jammet. Il y avait aussi la Lute contre l’immigration clandestine surtout la situation des clandestins en Libye. Le fonctionnement actif de l’UA a été aussi un des chantiers de Alpha Condé à travers les réformes en profondeur des structures de l’union africaine. Il va donc passer le témoin à son homologue du Rwandais Paul Kagamé qui va sans doute continuer à mettre à exécution ces réformes.

Réagir