Guinée : Assemblée nationale, les députés travaillent dans la précarité

Banniere CBG

Ouverte le 05 Avril dernier, les députés guinéens travaillent au palais du peuple dans des conditions extrêmement pénibles. A défaut d’avoir un siège digne du nom comme la haute autorité de la communication, la cour suprême, l’institution nationale indépendante des Droits humains et autres, l’Assemblée nationale, deuxième institution du pays, se contente plutôt des services précaires que lui offre l’administration du palais du peuple. En location depuis des décennies, les députés guinéens fournissent le maximum d’eux mêmes pour sortir des textes au bénéfice de la population.

Les commissions sont dans des salles très exiguës et quelques fois non ventilées ou climatisées, les toilettes sont pour la plupart impraticables. Pire, par manque de salle adéquates, plusieurs d’entre eux ont leur bureau dans le véhicule, tiennent des réunions au téléphones ou empruntent des salles. Une situation consécutive à l’adoption du nouveau règlement intérieur qui a vu les commissions passées de douze à quatorze, les vices présidents de quatre à sept, les secrétaires de quatre à six, ce qui sous-entend l’aménagement de plusieurs autres pièces pour les nouveaux promus.

A côté de ces situations, ce que déplorent les députés. Ceux sont les conditions dans lesquelles ils travaillent dans cet édifice. A toutes ces conditions précaires s’ajoutent des coupures intempestives du courant électrique. Aucune journée ne passe si des perturbations dues aux coupures de courant ne soient enregistrées au palais. Cet état de fait est palpable même pendant les séances plénières. Le dernier cas en date remonte lors du passage du premier ministre devant les élus du peuple.

Ces coupures qui durent parfois plusieurs minutes, poussent certains d’entre eux à allumer les torches de leur téléphone pour éclairer la salle, illustration sur image. Une situation qui ralenti considérablement les travaux parlementaires. Le manque de connexion internet est aussi un autre défi majeur.

MLYansané

Réagir