Guinée : le SLECG claque la porte du recensement enseignants, et menace de faire trembler l’éducation nationale dans les jours qui suivent

Banniere CBG
Yero Baldé est-il un obstacle pour l’assainissement du fichier des enseignants de l’éducation supérieure?  En tout cas, le SLECG d’Aboubacar Soumah et ses agents se battent pas mal pour dénoncer dans les médias.
Selon nos informations, le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée suspend toute sa participation au processus du recensement d’y fichier des fonctionnaires du système éducatif guinéen.

Plus loin selon nos sources proches du SLECG,
la structure syndicale dirigée par l’élément farouche du SLECG Aboubacar Soumah n’exclut pas de déclencher une nouvelle grève générale illimitée dans les prochains jours, à annoncé Mohamed roméo Bangoura porte parole du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée.

<< Nous avons suspendu notre participation au processus d’assainissement du fichier des fonctionnaires de l’éducation, par ce que nous avons été surpris d’apprendre que le gouvernement même qui a accepté de signer le protocole d’accord le 10 janvier 2019, mettant fin à trois mois de grève dans le secteur de l’éducation est ce même gouvernement qui a octroyé une somme d’argent faramineuse à ces fameux syndicats qu’ils ont expressément créés en vue de saboter l’effort fourni par l’ensemble des enseignants et enseignantes de Guinée et le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée >>, déclare t-il à notre reporter.
Pour enchaîné, le porte parole du SLECG parle d’une violation grave de toutes ces conventions qui ont été ratifiées par la République de Guinée en janvier 1959.
 << donc, face à toutes ces violations graves de toutes les conventions qui ont été ratifiées par la République de Guinée en janvier 1959, mais surtout la violation du protocole d’accord dans son point 6 qui stipule la liberté syndicale et les droits syndicaux en République de Guinée, par le gouvernement, et le refus catégorique du ministre de l’enseignement supérieur d’accéder au point 3 du protocole d’accord, qui est celui de rétablir nos camarades qui ont été mutés pour fait de grève ou pour leur appartenance au SLECG, le SLECG a décidé de suspendre sa participation >>, à précisé Mr Bangoura
Le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée donne 72 heures au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Abdoulaye Yéro Baldé et au gouvernement de trouver une solution rapide, faute de quoi << nous allons déclencher dans les jours à venir me grève générale illimitée sur toute l’étendue du territoire et nous empêcherons la tenue des examens nationaux >>, à menacé ce syndicaliste.
Abd Akila pour océanguinee.com
Réagir