Fria : Gnalen Condé a dit qu’elle nous offre un fût d’essence et une boîte d’allumette pour se joindre à nous afin de brûler Fria >>, accuse une manifestante

Banniere CBG

C’est du pire qui s’installe encore à Fria. Après quelques jours de manifestations pour réclamer le départ de madame la préfète, Gnalen Condé au début du mois de ramadan qui a connu assez de dégâts dans ladite préfecture, un groupe de femme est encore redescendue dans les rues de Fria ce mercredi matin pour dire non a la dame qui pour elles, se prend comme une reine sur terre.

Se dirigeant vers la cour préfectorale, ses manifestantes scandaient des propos hostiles à la dame tout en affichant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire << Gnalen zéro >> quitte, nous voulons son départ, pas de guerre ici >>, tesl étaient en autre les propos de ses manifestantes.

Remontée comme pas possible, une manifestante engagée, s’en est farouchement prise a la gérante de la préfecture de Fria. << Gnalen Condé a dit qu’elle nous offre un fût d’essence et une boite d’allumette pour se joindre à nous afin de brûler Fria. Est-ce qu’un chef doit tenir de tels propos ? Elle a dit cela chez elle à la veille de la fête de Ramadan» accuse-telle selon nos confrères de Friaguinee.

Par ailleurs, elle indique que  : « Si nous l’avons laissé prier au terrain hier, c’est parce que nous nous sommes dits que c’est un jour de Dieu et nous avons écouté ceux qui nous ont dit d’attendre le retour du président de la Mecque pour savoir ce qu’il a décidé. Mais, après la prière, les personnes qui la soutiennent sont allées la retrouver chez elle pour chanter et danser avec elle, pour dire que nous ne pouvons rien contre elle puisque nous avions dit qu’elle n’allait pas faire la grande prière au terrain. Nous, nous n’avons pas peur de Gnalen parce qu’elle n’a même pas la taille d’un chef, elle est petite de taille comme moi » a déclaré Mme Youla Bassengué.

Leur présence n’a duré que quelques minutes à la devanture de la résidence. Bassengué explique cela par la proximité d’une des cités de la société Rusal.

« Nous avons décidé de quitter la devanture de la résidence à cause des Russes parce qu’ils ont leur cité à côté. On ne voudrait pas qu’on dise que nous voulons chasser les Russes parce qu’ils sont là pour nous les Friakas ; comme elle, elle n’est pas d’ici, elle veut brûler notre ville avant de partir » précise cette dame.

En quittant le terrain de manifestation qui n’a duré que quelques minutes, cette manifestante fait une demande au ministre Bouréma Condé et Alpha Condé si quoi, Gnalen Condé ne quitte pas Fria il n’y aura pas de paix. « Ce que nous voulons, c’est son départ. Tant qu’elle est là, il n’y aura pas la paix. Si nous avons accepté de quitter la devanture de la résidence c’est à cause des conseils du Sotikèmo. Sinon nous allons rester ici jusqu’à nouvel ordre, nous allons empêcher Gnalen de rentre et sortir d’ici jusqu’à l’arrivée des gendarmes qu’elle a appelé. Les agents de Fria ne nous font pas de mal, ils nous demandent pardon, mais ceux qu’elle appelle, pour nous frapper vont nous trouver ici. La dernière fois, les agents ont tiré sur un jeune garçon qui souffre, qui fait actuellement les selles et les urines par le ventre…Gnalen n’a qu’à partir, nous ne voulons pas d’elle ici » a conclut Mme Youla Mariama Bassengué.

Abd Akila pour océanguinee.com

Réagir