Trump courtiserait des bailleurs de fonds pour un nouveau média social

Selon certaines sources, le président Trump aurait obtenu des centaines de millions de dollars de donateurs pour lancer un nouveau média social favorable aux conservateurs.

Banniere CBG

 

S’il lançait un site de médias sociaux, il aurait une présence en ligne et les conservateurs disposeraient d’une plateforme leur permettant de diffuser librement leurs opinions sans craindre la censure.

Selon “deux sources familières avec la situation”, les investisseurs dans l’entreprise de médias sociaux de Trump comprennent des magnats de la Silicon Valley qui sont motivés par la crainte de “l’annulation de la culture”.

Les sources auraient déclaré au Washington Examiner que M. Trump avait rencontré des investisseurs potentiels pour discuter d’une entreprise en ligne qui verrait l’ancien président revenir en ligne pour dialoguer avec ses partisans et protéger les conservateurs contre la censure et la suppression en ligne.

Trump et son équipe attirent des donateurs libertariens en plaidant pour la liberté d’expression.

Mercredi dernier, dans une interview sur Newsmax, Trump s’est vanté de ses millions d’abonnés sur ses comptes Facebook et Twitter, désormais fermés. Il a également confirmé qu’il avait envisagé d’acheter une société de médias sociaux.

Au lendemain de l’émeute du 6 janvier au Capitole américain, la situation a été utilisée comme raison pour interdire au président Trump l’accès à plusieurs plateformes de médias sociaux. Trump a été définitivement exclu de plusieurs plateformes grand public, dont Facebook et Twitter.

“Nous négocions avec un certain nombre de personnes”, a déclaré l’ancien président à Newsmax TV. “Il y a aussi la possibilité de construire votre propre site car nous avons plus de personnes que quiconque, donc vous pouvez littéralement construire votre propre site. Mais nous avons été vraiment harcelés sur Twitter. Ils mettaient en place toutes sortes de drapeaux, je suppose qu’ils les appellent, ils signalaient presque tout ce que vous disiez”.

“Nous avons négocié avec plusieurs autres sites et nous allons bientôt faire une annonce importante, tout en examinant les possibilités de créer notre propre plateforme dans un avenir proche”, a-t-il ajouté.

Selon les rapports, Parler, la plateforme de microblogging en libre accès qui a récemment été relancée après avoir été mise hors ligne par Amazon, a offert à Trump une participation de 40% s’il faisait de la plateforme son principal site en ligne.

Pendant ce temps, les partisans de Trump ont migré des plateformes des Big Tech vers des plateformes plus favorables à la liberté d’expression comme Gab.

Source: Reclaim The Net

Réagir