Poutine avertit que les tentatives visant à empêcher les exportations russes d’engrais, de pétrole et de gaz auront de « sérieuses répercussions »

par Jade.

Le président russe Vladimir Poutine a prévenu que toute tentative d’empêcher les exportations d’engrais, de pétrole, de gaz et de métaux aura « de graves conséquences sur ce segment du marché mondial et sur l’alimentation en général ».

Poutine a fait ces commentaires lors d’une réunion avec les membres du gouvernement cette semaine, selon l’agence de presse publique russe TASS.

Le président a également réitéré son soutien aux propos du ministre russe de l’Industrie et du Commerce, Denis Manturov, qui avait précédemment déclaré que la Russie réorienterait ses exportations vers d’autres pays qui ne lui sont pas hostiles si les problèmes de « logistique » devaient perdurer, après avoir affirmé que les transporteurs européens ne chargeaient pas les produits russes sur leurs navires.

Les pays hostiles à la Russie comprennent notamment les États-Unis, le Canada et les États membres de l’Union européenne.

« Cette obstruction à l’approvisionnement concerne les transporteurs d’énergie, le pétrole. Bien sûr, cela concerne le gaz, y compris le gaz liquéfié. Cela concerne aussi les engrais et quelques autres marchandises, les métaux, et ainsi de suite, les produits chimiques au sens large du terme. En ce qui concerne les engrais, bien sûr, si cela se poursuit, cela aura de sérieuses répercussions pour ce segment du marché mondial et pour l’alimentation en général », a déclaré Poutine, selon l’agence TASS.

Poutine a ajouté que toute tentative d’interférer avec l’approvisionnement en produits russes aura également un impact négatif sur l’économie mondiale.

« Cela affectera également les indicateurs macroéconomiques car l’inflation est inévitable dans ce cas », a déclaré Poutine.

Jeudi, le ministre russe de l’Industrie Denis Manturov a annoncé que la Russie avait temporairement interdit les exportations d’engrais vers les pays qu’elle juge hostiles à Moscou, selon Firstsquawk.

The Epoch Times n’a pas été en mesure de vérifier si la Russie avait interdit les exportations d’engrais et a contacté le ministre du commerce et de l’industrie pour obtenir un commentaire.

Le ministère russe avait précédemment recommandé aux producteurs d’engrais du pays de cesser leurs exportations, invoquant l’incertitude quant à l’arrivée de ces exportations sur les marchés étrangers.

« Compte tenu de la situation actuelle du travail des opérateurs logistiques étrangers et des risques qui y sont associés, le ministère de l’Industrie et du Commerce de la Russie a été contraint de recommander aux fabricants russes de suspendre temporairement l’envoi d’engrais russes à l’exportation jusqu’à ce que les transporteurs reprennent le travail rythmé et fournissent des garanties pour l’exécution intégrale des livraisons d’engrais russes à l’exportation », a déclaré le ministère dans un communiqué.

La Russie produit 50 millions de tonnes d’engrais chaque année, soit 13% du total mondial, selon Reuters.

Un ouvrier agricole conduit un tracteur qui épand des engrais dans un champ de blé d’hiver près du village de Husachivka, dans la région de Kiev, en Ukraine, le 17 avril 2020.(Valentyn /Reuters/Ogirenko).
Le pays est également un important producteur de potasse, de phosphate et d’engrais contenant de l’azote, qui servent de nutriments majeurs pour les cultures et les sols.
Dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le coût des engrais a déjà augmenté de manière significative dans le monde entier et devrait avoir un impact supplémentaire sur le coût des marchandises et pousser les prix des denrées alimentaires à la hausse.Cependant, même avant l’invasion, les prix des engrais avaient considérablement augmenté, en partie à cause de la hausse du coût du gaz nécessaire pour transporter les engrais d’un pays à l’autre et d’un continent à l’autre.

GreenCoast Hydroponics, un magasin d’entrepôt populaire auprès des cultivateurs de cannabis, a signalé des prix gonflés pour les engrais et autres équipements de culture, à Sun Valley, en Californie, le 23 février 2022. (Jill McLaughlin/The Epoch Times).

En outre, la réduction des quantités de gaz naturel, qui est un ingrédient clé de la fabrication des engrais azotés, a contraint certains producteurs à réduire leur production et, dans certains cas plus graves, à l’arrêter complètement.

Peter Zeihan, analyste géopolitique et auteur, a déclaré à FOX Business que le monde était sur le point de connaître « la pire situation en matière d’engrais de l’histoire moderne en termes d’approvisionnement » avant l’invasion de l’Ukraine.

« Les trois matières premières qui entrent dans la composition des engrais (phosphate, azote, potasse) sont soumises à une pénurie abjecte. Et même si la guerre devait s’arrêter demain, il est déjà trop tard. Il est trop tard pour la saison des semis dans l’hémisphère nord cette année », a déclaré M. Zeihan, ajoutant que la crise pourrait potentiellement toucher plus durement le Brésil, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud.

Ces nations, a-t-il dit, ne verront probablement pas les rendements suffisants qui sont « nécessaires pour soutenir la population mondiale ».

« Et comme les prix des denrées alimentaires augmentent, comme c’est le cas depuis deux semaines – et assez fortement – les agriculteurs feront ce que font les agriculteurs. Ils planteront ce qu’ils pensent pouvoir cultiver pour en avoir le plus possible pour leur argent », a déclaré M. Zeihan. « Je peux donc envisager que (les États-Unis) augmentent un peu leur production et leurs exportations. Mais l’échelle de ce dont nous parlons ici est une nourriture insuffisante pour des centaines de millions de personnes ».

Pendant ce temps, Ryan Jacobsen, directeur général du Fresno County Farm Bureau, a averti qu’il y a une forte possibilité qu’il n’y ait tout simplement « pas assez sur le marché mondial ».

« Sans parler des prix, vous ne pourrez tout simplement pas en trouver », a déclaré M. Jacobsen à ABC30. « Nous sommes au début de la saison », a ajouté M. Jacobsen. « Il y a encore beaucoup de culture à venir, donc nous nous attendons à ce que cela s’aggrave à mesure que nous avançons ».

L’interdiction des engrais intervient après que l’Occident a imposé de lourdes sanctions à la Russie ces dernières semaines en réponse à ce que Poutine appelle une « opération militaire spéciale » en Ukraine.

source : Aube Digitale

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com