Distribution des moustiquaires : les cadres et leaders communautaires de Ratoma outillés.

En prélude à la campagne de distribution gratuite des moustiquaires imprégner à longue durée d’action (MILDA) saison 2022, une centaine de cadres et leaders communautaires de Ratoma est formée sur les méthodes et règles du dénombrement des ménages dans cette commune urbaine.

Ils sont imams, prêtres, syndicats des transporteurs, agents des services de sécurité, chefs de quartiers, leaders de jeunes et de femmes, journalistes et autres conseillers communaux à recevoir, le samedi 7 mai au siège de la mairie, les informations dans les moindres détails sur cette opération de lutte contre le paludisme. Financée conjointement par l’Etat guinéen, prudential malarial initiative (PMI) à travers USAID, catholoique relief service (CRS) à travers le fonds mondial, alliance malarial fondation (AMF), cette campagne 2022 vise à distribuer plus de 9 millions de MILDA à travers tout le pays.

Au terme de cette rencontre d’échange qui a durée plus de 2 heures d’horloge, Madame Touré Dr Mariame Gobiko Diallo, responsable communication du projet stop palu plus et facilitatrice, se dit satisfait de la bonne tenue de cette rencontre d’échange. D’abord par le nombre et la qualité des participants mais aussi l’intérêt qu’ils ont accordé à ce rendez-vous. Notamment à travers les questions et contributions qui ont suivi l’exposé. « Cette activité s’inscrit dans le cadre de la campagne de distribution des MILDA à venir, mais avant on commence d’abord par la campagne de dénombrement des ménages. Depuis 2013, le projet stop palu plus en collaboration avec le programme national de lutte contre le paludisme et le gouvernement guinéen, nous organisons, chaque 3 ans, des campagnes de distribution gratuite des MILDA pour faire bénéficier aux populations des moustiquaires afin de se protéger contre cette maladie. Je pense que le message a passé puisque de bonnes questions ont été posées et nous avons répondu.

Il y a eu aussi des contributions en ce sens que certains participants ont l’expérience depuis 2013 et nous espérons que les prochaines étapes vont se passer dans les conditions les meilleures » indique –t-elle, Plus loin, Madame Touré sollicite la forte implication des autorités locales notamment les conseillers communaux, les chefs de quartiers, les chefs religieux, les leaders de jeunes et de femmes à toutes les étapes du processus du dénombrement jusqu’à la distribution et même de la bonne utilisation des MILDA, pourquoi pas. Pour cela, elle compte sur ceux-là pour la bonne sensibilisation des communautés bénéficiaires avec la forte implication des leaders ainsi que des chefs des centres de santé afin de réussir cette campagne. Elle met un accent particulier sur le choix judicieux suivant des critères objectifs tels que définis dans cette procédure des agents recenseurs et des agents distributeurs.

D’après Mariama Gobiko Diallo, l’objectif est de voir toute la population de Ratoma dénombrée afin qu’elle puisse recevoir et dormir sous moustiquaires tous les ménages.

Pour le maire adjoint, Elhadj Faya Touré, cette séance a été un grand succès et les techniciens du projet ont donné toutes informations permettant aux acteurs de mener à bien cette action. Toute chose qui, à ses yeux, est extrêmement important dans la mesure où mieux vaut prévenir que de guérir et que le paludisme est l’une des principales causes de mortalité dans le pays.

« Au nom du maire de Ratoma, M. Alpha Oumar Sakho, je remercie tous les participants et je leur demande de mettre tout en œuvre pour restituer ses informations à la base notamment dans les mosquées et églises de notre localité » laisse entendre M. Touré.De son côté, le directeur des microréalisations (DMR) par intérim, Boubacar Korbonya Baldé, rassure que des dispositions sont prises pour assurer la restitution de cette formation dans les 34 quartiers de Ratoma. »Pour réussir cette campagne, nous avons déjà mis en place le comité communal de distribution de masse des MILDA. Ledit comité est présidé par le maire et est composé de 17 autres personnes dont le directeur communal de la santé, le DMR que je suis, des conseillers communaux, des religieux, des agents de l’OMS, de la société civile, des religieux et autres agents de sécurité » soutient M. Baldé.

Il ajoute que des mécanismes de suivi sont aussi mis en place afin de pouvoir profiter au maximum de cette occasion pour faire passer les messages liés à la bonne utilisation des MILDA. Puisque, par le passé, on a constaté que certains ne faisaient bon usage de cet outil combien important voir nécessaire pour la prévention du paludisme.

Alhassane Barry

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com