J’ai bien peur à c’est que les Guinéens ne soient en face d’une junte qui veut s’éterniser au pouvoir (Aliou Barry)

Invité chez nos confrères de FIM Fm, monsieur Aliou Barry, esponsable du centre d’analyse et d’études stratégiques de Guinée a fait remarqué que les autorités de la transition Guinéennes actuelle, n’ont aucune volonté d’ouvrir un dialogue inclusif, franc et sincère. Pour lui, avec une absence d’un cadre de concertations sincère, la CEDEAO sera dans l’obligation de prendre des sanctions contre les militaires au pouvoir en Guinée.

S’agissant de la liste déposée à la CPI par les responsables du FNDC, il rapporte qu’à date, la CPI s’est focalisée sur le dossier de cinq (5) personnalités, par mi lesquelles, Colonel Mamadi Doumbouya, Colonel Amara Camara, Général Idi amine et Bachir Diallo, qui n’a pas manqué de félicité les forces de l’ordre alors que cinq (5) citoyens venaient d’êtres tués par leurs balles.

 » Le procureur actuel de la CPI est un anglo-saxon très attaché, ça n’a rien à voir avec Fatou Bensouda. Il a pris en main le dossier de 5 personnalités guinéennes. Je peux vous dire que ça va prendra 10, 15 jusqu’à 20 ans mais la CPI ira jusqu’au bout de ce problème. Les avocats du FNDC ont donné les noms du Colonel Mamadi Doumbouya, Aboubacar Sidki Camara, Bachir Diallo qui est allé jusqu’à féliciter le professionnalisme des policiers. Ce qui m’étonne en Guinée, ce que ceux qui arrivent au pouvoir ne tirent pas les leçons du passé immédiat. »

Pour ce qui est de l’arrivé du médiateur de la CEDEAO en Guinée pour désamorcer la crise politique Guinéenne, il dira:

 » Pour qu’une médiation réussisse, il faut que l’acteur principal soit honnête. Et là on n’est pas dans une période de transition

Mais toujours est-il qu’il faut s’inquiéter si la voloté nécéssaire pour un dialogue sincère n’est pas établie. J’ai bien peur à c’est que les Guinéens ne soient en face d’une junte qui veut s’éterniser au pouvoir ».« 

Monsieur ALiou Barry poursuivra sont intervention pour justifier ses affirmations et son inquiétude avec des interrogations :

 » Est-ce que M. Boni Yayi aura le courage de rencontrer le FNDC ?

Est-ce qu’il aura le courage même avec le refus du gouvernement de rencontrer les principales formations qui ont fait l’histoire politique de ce pays ?

Aujourd’hui, on a une équipe qui a pris le pouvoir qui n’est pas sincère dans son approche. Hier le président du CNT déclare que sa préoccupation c’est l’humanitaire, mais au cours d’une transition comment le responsable de l’organe législatif peut dire que sa préoccupation c’est l’humanitaire. J’ai écouté la déclaration d’Ousmane Gaoual Diallo qui dit que dans deux ans, je mettrai en place Guinée-Télécom. La priorité d’un gouvernement de transition, c’est de jeter les bases d’un retour à l’ordre constitutionnel. Depuis le 05 septembre, le CNRD et son gouvernement ne sont pas dans cette démarche « . A-t-il conclut aux micros de nos confrères de FIM Fm

 

Réagir