Violences survenues à Mecenta : Cellou Dalein Diallo accuse Alpha Condé et tance Oyé Guilavogui

Banniere CBG
La sortie de Oyé sur Bambeto est considérée comme une ‹‹ ratée ››.
Dans une interview accordée à nos confrères du site Africaguinee, le patron de l’Union des forces démocratiques de Guinée ( UFDG ) a déclaré que la comparaison du ministre Oyé Guilavogui est indécente et inopportune.
Cellou Dalein Diallo a d’abord déploré les violences survenues dans la préfecture de Macenta et a appelé à un dialogue.
Plus loin, il rappelle que ces atrocités ne sont que la conséquence de la politique dit-il de ‹‹ diviser pour régner ››, entretenue par Alpha Condé. 
‹‹ C’est déplorable qu’il y ait des violences qui ont fait tant de morts de guinéens. Mais il faut savoir qu’il y a un contexte créé et entretenu par Alpha Condé. L’ethno-stratégie qui consiste à opposer les communautés pour tirer profit de ces divisions qu’il crée entre les différentes composantes ethniques de notre pays. A mon avis, ces affrontements de Macenta ne sont que la conséquence de cette politique de diviser pour régner entretenue par Alpha Condé. Je présente mes condoléances à ceux qui ont perdu des proches et je lance un appel à tous les protagonistes de mettre fin à la violence, d’instaurer le dialogue s’il y a des conflits pour les régler par la concertation ››, a-t-il dit chez nos confrères. 
Pour un dialogue inclusif, Cellou Dalein Diallo fait appel à toutes les communautés de vivre ensemble. 
‹‹ Ce sont des communautés qui vivent ensemble depuis des décennies, ce n’est pas juste qu’elles commencent à s’entretuer à l’ère où il y a beaucoup de difficultés de vivre ou de survivre en raison de la mauvaise gouvernance. Il faut que les autorités morales de la région les aident à s’entendre parce que c’est difficile de compter sur l’Etat qui ne sait que faire usage de la force. Et qui, quelque part est à l’origine de l’entretien de ces conflits ››, a-t-il dit. 
‹‹ La stigmatisation de Bambéto et des militants de l’UFDG continue d’habiter l’esprit de l’élite dirigeante. A Macenta il y a un conflit entre deux communautés, mais il n’y a pas de conflits communautaires à Bambéto. Il y a des militants, il y a un conflit politique, il y a des jeunes, des femmes, qui protestent contre la mauvaise gouvernance au plan politique et économique. C’est ce qui est à Bambéto, ce n’est pas un conflit ethnique ou communautaire. Donc je pense que sa comparaison n’est pas bonne, elle n’est pas décente, elle n’est pas non plus opportune ››, dénonce Cellou chez nos confrères.

A suivre…
Abd Akila pour Oceanguinee.com 
Réagir