Forécariah : des images insoutenables des bâtiments administratifs de l’ère coloniale en ruine

Banniere CBG

« Beaucoup d’édifices administratives sont tombées par faute d’entretien et cette situation est pareille partout dans les sous-préfectures. Les bâtiments administratifs n’étaient pas gérés, ils étaient abandonnés. Il y a des non fonctionnaires et des retraités qui les occupaient sans pouvoir les entretenir”, tel est le constat fait par Toupou Loua, directeur préfectoral de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction de Forécariah ce lundi 30 janvier 2017.

dsc_0294

Avec un urbanisme riches en bâtiments de l’ère coloniale, la ville de Forécariah est laissée pour compte sur le plan de la rénovation ou de la modernisation de l’administration.   Pour Toupou Loua, directeur préfectoral de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction de Forécariah, : “beaucoup d’édifices administratives sont tombées par faute d’entretien et cette situation est pareille partout dans les sous-préfectures”.   “Nous avons commencé le recensement des bâtiments administratifs et nous avons trouvé

dsc_0283

douze (12) foyers auxquels nous avons adressé un préavis de déguerpissement de trois mois, parce qu’il y a des fonctionnaires qui ne sont pas logés, ils ont des problèmes de subsistance”, a-t-il lâché. Dans le cadre de l’affection de ces biens étatiques, le directeur préfectoral de l’habitat a souligné qu’ils seront affectés aux fonctionnaires qui vont s’occuper à leurs frais de l’entretien de ces bâtiments. « L’Etat n’a pas les moyens de les rénover donc leur entretien incombera aux personnes auxquelles ces bâtiments seront affectés”.

Annonçant un prochain recensement, Toupou Loua a fait savoir :“au mois de mars prochain, nous sortirons dans tout Forécariah pour récupérer les bâtiments de l’Etat”. Durant l’opération de prospection et étant assisté par le directeur préfectoral de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction de Forécariah, le constat a révélé que des fonctionnaires résidaient dans des maisons avec des toits décoiffés telle la résidence du préfet, la toilette du bureau du préfet laisse voir une vue sur le ciel. Le tribunal de paix a une toiture qui suinte et l’infirmerie décoif

dsc_0288

fée a été abandonnée par les militaires au bonheur des animaux.

Cheick Alpha Ibrahima Camara, envoyé spécial à Forécariah

guineenews

Réagir