Labé : Deux préfets s’accusent mutuellement de détournement

Banniere CBG

Le torchon brûle entre le nouveau et l’ancien préfet de Labé. Les deux hommes s’accusent mutuellement de mauvaise gestion et de détournement de deniers publics. Des révélations qui interviennent quelques mois seulement après le décret présidentiel limogeant et permutant des préfets dans certaines préfectures du pays.

La bataille semble être déclenchée entre l’ancien et le nouveau préfet de Labé. Les deux administrateurs de la ville de Karamoko Alpha Mo Labé se rejettent la responsabilité dans leur gestion. Des accusations fondée sur la mal gouvernance, le détournement et la corruption.

La semaine dernière, l’actuel préfet El hadj Safioulaye Bah a profité du conseil administratif préfectoral pour parler de la gestion bancale, qu’il aurait hérité de son prédécesseur. Autres problèmes souligné, la vétusté des infrastructures et l’absence de crédits de fonctionnement.

Des révélations qui ont aussitôt conduit la réaction de l’ex- préfet de Labé, le Lieutenant- colonel Mamadou Lamara Diallo. L’ancien préfet de Labé et actuellement en service à Dinguiraye à son tour accusent son successeur de détournement et de mauvaise gestion. L’actuel préfet de Dinguiraye, joint au téléphone par nos confrères des sites d’information accuse El hadj Safioulaye Bah, son successeur d’avoir détourné plus de 600 millions de francs guinéen. Et cela lors de son premier passage aux affaires comme préfet de Labé. Un fond qui devrait servir, à la réalisation d’un pont reliant le quartier Kouroula à celui de Mairie (en plein centre-ville). En plus, l’actuel préfet de Dinguiraye parle de disparition de plusieurs autres fonds obtenus lors de la transition sous la gestion de Safioulaye Bah.

Face à ces révélations qui, des deux hommes dit vrais dans cette affaire ? Pour l’heure, attendons de voir, d’autant que les deux administrateurs qui ont eu au paravent la chance de gérer cette préfecture, se disent prêt pour toute confrontation devant le ministère de tutelle. Et cela pour éclairer la lanterne des uns et des autres dans cette affaire.

Réagir