Scène de violences dans le pays avant les résultats des communales: la Maison des Associations et ONG de Guinée demande l’ouverture d’une enquête

Banniere CBG

Conakry et certaines villes de l’intérieur du pays sont en proie à des violences inouïes depuis la nuit dernière. Au lendemain du vote dans le calme et la sérénité, on assiste à des affrontements entre militants de partis politiques et forces de l’ordre  autour des chiffres non officiels diffusés sur les réseaux sociaux alors que la CENI, l’institution en charge des élections a déjà annoncé que ses résultats ne seront pas disponibles avant vendredi. Ces échauffourées qui ont éclaté un peu partout dans le pays  ont couté la vie à une personne à Kindia  et provoqué de nombreux dégâts matériels à kalinko dans Dinguiraye, Linsan sur la nationale Kindia/Mamou et à Conakry, la capitale.

Face à la persistance  des violences, la maison des Associations et ONG de Guinée emploie le ton ferme. Dans une courte déclaration publiée sur la page facebook de son chargé de communication Moustapha Barry, ce collectif  regroupant de nombreux activistes de la société civile soutient que rien ne peut justifier ces violences en cours et exige l’ouverture d’une enquête.

« La Maison des Associations et Ong de Guinée à travers le directeur exécutif Lansana Douwadiabi Diawara, condamne avec la plus grande énergie cette agression qui relève d’un geste honteux qui n’honore pas la patrie (Guinée). Par ailleurs, le directeur exécutif exige une enquête afin que les criminels soient arrêtés et condamnés. Nul ne peut utiliser les dérapages de la CENI pour justifier la violence » fin de citation.

 

 

Réagir