Urgent/ Kalinko (Dinguiraye) : Un protocole d’accord a été signé entre les camps rivaux, ce mardi

Banniere CBG

Tout porte à croire que la hache de guerre est enterré, en tout cas pour l’instant, entre les camps rivaux de Kalinko. Ce matin, sous l’arbre à palabre, les différentes parties ont aplanie leur différend.  L’on se rappel, il y a une semaine, un supposé retard  dans la publication des résultats  des élections communales  avait provoqué des incidents malheureux causant des mort et des dégâts matériels importants. L’UFDG accusait la CESPI de vouloir falsifié les résultats.

Cette rencontre  de ce matin, a donc  débouché sur un protocole d’accord de (6) points qui s’articule autour du retour de ceux qui avaient fuit le village, la justice en faveur des victimes, le renforcement immédiat de l’effectif du PA (5 gendarmes actuellement) pour gérer les quelques quarante mille habitants, la gestion du pouvoir local par les autochtones, l’arrestation des complices des violences et la non cohabitation désormais avec les instigateurs des violences. Accord qui semble faire l’unanimité, par ce que, accepté par toutes les parties en conflit.

« Chacun a sensibilisé dans son village avant qu’on se rencontre ici ce mardi. Si la hache de guerre est enfin enterré, je remercie Allah, je remercie aussi la population de kalinko d’avoir accepté ce consensus » s’est réjouit Elh Ahmadou Thiam, représentant de Haaly poular à la négociation et porte parole du camp opposé.

Et Alpha Oumar Sissoko, porte parole de kalinko renchérie en ces termes.

« Je dis merci à la population de kalinko qui s‘est résigné malgré les peines, malgré la violence. Mais nous voulons insister sur le fait que les (6) recommandations qui ont été lues ici, qu’on en tienne compte. Que les comptables soient pris par la loi et punis ».

Les forces de l’ordre qui assurent la sécurité des habitants depuis les évènements malheureux ont servi d’interface lors de ces pourparlers. Aujourd’hui, ces hommes en uniforme, dirigés par le colonel Lancinet Keita, officier Adjoint de la compagnie d’infanterie de Dinguiraye, fondent un grand espoir sur les résultats obtenus.

« Il y a des gendarmes (50 au total) et moi je coordonne. Depuis que vous êtes là, vous-même, vous avez constaté qu’il y a l’accalmie. Je crois, si Dieu nous donne la chance, aujourd’hui ça va être la clôture de toutes les négociations. Vous-même, vous serez rassurés que la paix est revenue à kalinko définitivement ».

Au terme de cette rencontre, des prières ont été dites pour l’unité du pays et la paix dans la sous préfecture.

De retour de Kalinko, Mamadi Terna Kamissoko, envoyé spécial

622 55 29 17

 

Réagir