L’OMS demande aux pays riches de ne pas vacciner leurs enfants et de donner les vaccins aux pays pauvres à la place

Banniere CBG

La vaccination des enfants, pour le moment, va à l’encontre des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Non pas pour des raisons de sécurité, mais parce qu’elle souhaite que tous les “groupes vulnérables” du monde soient vaccinés en premier.

L’OMS a exhorté les pays riches à reconsidérer leurs projets de vaccination des enfants contre le virus Covid-19 et à donner des doses aux pays pauvres, tout en prévenant que la deuxième année de la pandémie s’annonce plus meurtrière.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est dit scandalisé par le fait qu’un certain nombre de pays riches vaccinent désormais les enfants et les adolescents alors que les États plus pauvres ont à peine commencé à vacciner les agents de santé et les groupes les plus vulnérables.

Au lieu d’offrir des vaccins aux jeunes et aux personnes en bonne santé, les pays devraient donner leurs doses au système mondial de partage des vaccins Covax et s’assurer ainsi que ceux qui en ont le plus besoin dans tous les pays reçoivent une protection, a-t-il déclaré.

“ En janvier, j’ai parlé du déroulement potentiel d’une catastrophe morale”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. “Malheureusement, nous sommes en train d’en être les témoins. Dans une poignée de pays riches, qui ont acheté la majorité de l’offre, des groupes à moindre risque sont maintenant vaccinés.

“Je comprends que certains pays veuillent vacciner leurs enfants et leurs adolescents, mais je leur demande instamment de reconsidérer leur décision et de faire plutôt don de vaccins à Covax.

“Parce que dans les pays à revenu faible et moyen inférieur, l’approvisionnement en vaccins Covid-19 n’a même pas été suffisant pour vacciner le personnel de santé, et les hôpitaux sont inondés de personnes qui ont besoin de soins vitaux de toute urgence.”

[…]

Face à cette inégalité d’accès, Tedros a prévenu que le monde verrait probablement plus de décès cette année que l’année dernière, malgré l’arrivée des vaccins. “Nous sommes en bonne voie pour que la deuxième année de cette pandémie soit beaucoup plus meurtrière que la première”, a-t-il déclaré. “Sauver des vies et des moyens de subsistance avec une combinaison de mesures de santé publique et de vaccination – pas l’un ou l’autre – est la seule solution.”

Vacciner les enfants du tiers monde ? Quoi de mieux pour rendre les gens encore plus vaccino-sceptiques ?

Aube Digitale

Réagir