Littérature : à la rencontre de Imourana Kaba

Banniere CBG

Professeur de langue arabe à l’université Général Lansana Conté de Sonfonia, Imourana Kaba est de nos jours, le Vice-doyen chargé de la recherche à la Faculté des langues et lettres. Après de longues études supérieures au Niger, il a dispensé des cours dans des institutions universitaires avant de faire son retour au bercail.

Ayant à son actif plusieurs écrits, fruits d’un travail et de recherches de longue haleine, Imourana Kaba a été présenté ce 23 janvier 2017 à au public lecteur guinéen. C’était à l’occasion du traditionnel ‘’Lundi de L’Harmattan’’, a-t-on constaté.

Après un premier essai intitulé ‘’Poésie arabe en Afrique de l’Ouest’’, composé de trois volumes qui est paru à l’ISESCO au Maroc en 2011, Imourana compte offrir un autre ouvrage, ‘’La vie littéraire en Guinée : Du XIXème au XXème siècle’’. Une thèse de 800 pages, repartis en deux volumes et six chapitres.

L’objectif de cette recherche est de faire connaître la littérature guinéenne au monde entier et aux arabes mais aussi de montrer aux francophones que la culture arabe n’est pas que la religion, l’islam.

Ecrit en langue arabe, cette œuvre est une analyse de plusieurs genres littéraires. Il traite des chants traditionnels, de la poésie moderne, des contes, des proverbes, des sagesses, des nouvelles, des devinettes, des romans traditionnels et modernes avec Tabbara ou encore Camara Laye. Sans oublier la genèse du théâtre guinéen qui, selon lui, a commencé avec des étudiants Guinéens résidants à Dakar.

Pour ce chercheur, «c’est une littérature qui est en train d’être ignorée. Il est important d’étudier le patrimoine africain, l’écrire pour qu’on sache que l’Afrique a une histoire, une culture. Aujourd’hui, le temps des griots est dépassé et pourtant, ils transmettaient l’histoire et éduquaient les enfants à travers des contes traditionnels de façon orale. Ce qui était très intéressant », a indiqué Imourana Kaba.

Présentement en phase d’édition, l’auteur promet de faire une traduction de son œuvre en langue française afin de partager le contenu, rempli de valeurs africaines, à plus d’un curieux.

guineenews

Réagir