Mauvaise gestion de la grève des enseignants : le Ministre K au carré est-il sur les traces de son prédécesseur ?

Banniere CBG

C’est désormais une évidence, les élèves des écoles publiques sont privés de cours depuis le lundi dernier, date du déclenchement d’une grève dans le secteur par deux membres non reconnus du Syndicat libre des enseignants chercheurs de Guinée SLECG dont le secrétaire général Adjoint.

Les premières conséquences de cette situation commencent à se ressentir dans les quartiers de la capitale. Depuis 3 jours, des élèves mécontents en manque d’enseignants s’attaquent aux paisibles citoyens et aux écoles privées qui continuent à dispenser les cours.

Autant dire que cette grève dont le gouvernement à travers le ministre de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation minimise risque de prendre une tournure inquiétante pouvant compromettre le calendrier scolaire si des dispositions urgentes ne sont pas prises.

La leçon a tiré de ce mouvement de grève est que les syndicalistes suspendus ont bien une assise et sont écoutés à la base. Donc le pouvoir est contraint de les considérer comme des interlocuteurs, en levant avant tout leur suspension et en négociant avec eux.

Dans tous les cas, le Ministre Ibrahima Kalil Konaté doit savoir tirer les leçons des erreurs du passé. L’on se rappelle que la mauvaise gestion dans le recrutement des enseignants contractuels avait été à la base du limogeage de son prédécesseur Ibrahima  Kourouma, qui vient de rebondir au département de la ville et de l’aménagement du Territoire.

K au carré est donc avertit !

 

Réagir