En crise diplomatique et embargo, le Qatar se tourne vers l’Afrique Occidentale

Banniere CBG

Prévue en tout et pour tout  sur trois jours, la tournée de cheikh Tamim ben Hamad al-Thani a débuté  au Mali, avant les étapes du Burkina-Faso, de la  Côte d’Ivoire, du Ghana, de  Guinée  et du Sénégal, a annoncé Doha.

  Malgré les défis sécuritaires de certains »,  ces pays ont « un fort potentiel économique prometteuse et le déplacement entre dans le cadre des projets de Doha visant à diversifier ses partenariats et son économie.

   Au programme dans ces pays,  figure ainsi la signature de nombreux accords de coopération dans les domaines de la santé, de l’éducation, des mines, de l’énergie ou encore de la sécurité alimentaire, a-t-il ajouté.

   Pour preuve,  le Qatar a participé au financement d’un hôpital dédié à la lutte contre le cancer au Burkina, à hauteur de 11,6 millions EUR.

   Bien que riche émirat gazier, le Qatar est confronté depuis plus de six mois aux conséquences de la crise diplomatique qui l’oppose à plusieurs autres pays arabes du Moyen-Orient.

   Et le 5 juin dernier, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte ont  brusquement rompu leurs relations diplomatiques avec Doha.

   Ils lui ont imposé un embargo en l’accusant de soutenir des groupes extrémistes –ce que Doha dément– et de se rapprocher de l’Iran, le grand rival régional de Ryad.

   Le Qatar a affirmé que ses adversaires cherchaient à mettre sa politique étrangère « sous tutelle ».

   Sur le continent africain, outre Le Caire, la Mauritanie a également rompu ses relations avec Doha.

   Le Niger, le Tchad et le Sénégal –où l’émir doit aussi  se rendre  avaient eux rappelé leurs ambassadeurs.

Daouda Mohamed Camara

00224 628 19 03 82

Daoudacamara2rfi@gmail.com

Réagir