Lutte contre l’insécurité : Alpha Condé appelle l’armée en renfort contre les grands bandits et les coupeurs de route

Banniere CBG

La Guinée a célébré en différé ce samedi 13 janvier 2018, l’an 59 de son accession à la souveraineté nationale. Dans la ville de Kankan Nabaya qui a abrité les festivités, personne n’a voulu se faire compter l’évènement. Le Stade préfectoral M’Ballou Mady Diakité, une des infrastructures rénovées et équipées a servi de cadre à la célébration de cette fête nationale.

Devant des milliers de personnes rassemblées pour la cause du Chef de l’Etat, Professeur Alpha Condé a délivré un message d’une trentaine de minute à la Guinée à travers les habitants de la Haute Guinée. De ses ambitions dans le domaine des infrastructures routières, énergétiques, de l’agriculture, de l’emploi des jeunes et des femmes ainsi que de son programme d’industrialisation du pays ont séduit l’assistance et ont été applaudit.

Apparemment, le Président de la République est préoccupé par le phénomène de l’insécurité. Pour lui, la police n’est plus en mesure de lutter efficacement contre le banditisme, donc, il faut nécessairement faire recours à l’armée et à la gendarmerie pour traquer les grands bandits et les coupeurs de routes.

« Nous voulons lutter contre les grands bandits et les coupeurs de route car Les grands bandits utilisent les armes de guerre. Pour les combattre, il faut des armes de guerre. donc, ce n’est pas le rôle de la police mais celui de l’armée et de la gendarmerie. Ensuite, nous sommes entrain de doter nos forces de police de moyens pour gérer de façon efficace  les manifestations politiques. 2018, sera consacrer à la lutte contre l’insécurité  et contre les coupeurs de route. Il faut que, la guinée soit un pays où les gens peuvent venir sans craindre pour leur sécurité. C’est objectif, que j’ai fixé aux forces armées et aux forces de police. Et je sais qu’elles sont capables» a dit le Pr Alpha Condé sous un tonnerre d’applaudissement des populations totalement acquises à sa cause.

Pour le moment, on ignore, le nombre de forces armées et de gendarmerie qui sera mobilisé pour ce combat contre le banditisme, ni les moyens mis à leur disposition.

 

Réagir