Dirma Samoura, une jeune styliste au talent promoteur

Banniere CBG

Mariame Djanké Samoura, 22 ans et licenciée en marketing, est une jeune styliste dont l’inspiration et les créations forcent le respect. Affectueusement appelée Dirma, cette jeune guinéenne qui se fraie un chemin dans la mode et qui a remporté le prix “Témouré” en 2016, s’est prêtée aux questions de Guinéenews©.

13626456_555160991333170_8831869600191526694_nParlant de son amour pour la mode, Dirma nous a confiés que le stylisme est une flamme qui est innée en elle. “Le stylisme est une passion et la passion, on ne la choisit pas, elle vient tout naturellement”.

Ensuite, elle est revenue sur ses débuts dans cet univers riche en couleurs. “Mes premiers croquis, je les ai réalisés en 2008 lors de ma première année au collège et mes copines de classe les appréciaient. Au fil des années, j’y ai cru, j’y ai donné du coeur et c’est en 2012 que j’ai présenté ma première collection lors de la journée culturelle de l’école Sainte Marie”.

 “Faire des études supérieurs était une priorité mais dans ma tête, je voulais vraiment exceller dans le stylisme car la mode m’a permis de voir un peu plus près, ce dont j’ai besoin dans ma vie”, a-t-elle fait comprendre.

Poursuivant, Dirma a remercié les efforts fournis par ses aînés car dit-elle, “le styliste n’est pas considéré comme un artiste chanteur”.

15965533_642103449305590_2993416663948356815_nSur ses inspirations, Mariame Djanké a souligné : “ Mes inspirations viennent de mes origines africaines. Dans plusieurs de mes collections, j’utilise du textile guinéen “kindili” et du wax, j’ai toujours été attirée par ce mélange de couleurs exotiques, le fait de métisser la mode africaine à l’européenne diversifie mon horizon d’artiste. Je ne cherche pas à faire du beau, ma particularité est de faire quelque chose de bizarre, quelque chose de vraiment spéciale. Je mise beaucoup plus sur le  bizarre que sur la beauté”.

 Pour finir, elle a bien voulu partager avec nous les projets qui font battre son coeur. “Comme projet, le comité Top Model Elite Guinée dont je suis la présidente, doit organiser un concours entre les écoles et les universités dans le but de rechercher les nouveaux talents qui seront les icônes de la mode guinéenne à l’international. La lauréate aura la chance d’aller en France dans une agence de mannequinat appelée City Model sise à Paris pour un stage et elle participera aussi au concours “Top Model of the World. Notre objectif est de trouver la perle rare car après Katoucha la princesse peule, nous n’avons vraiment pas eu de mannequin au de niveau international”, affirmera-t-elle au terme de l’entretien.

Réagir